Désigné pour cinq ans comme l'opérateur de télécommunications du Réseau santé social censé raccorder les 300 000 professionnels du milieu médical via un vaste intranet, Cegetel est, depuis le 1er ja...

Désigné pour cinq ans comme l'opérateur de télécommunications du Réseau santé social censé raccorder les 300 000 professionnels du milieu médical via un vaste intranet, Cegetel est, depuis le 1er janvier 1998, autorisé à télétransmettre les feuilles de soins remplies par les médecins lors de chaque consultation. Recalé lors de l'appel d'offres initial du RSS, France Télécom a été retenu hier par les unions régionales de médecins libéraux pour créer un vaste intranet concurrent. Devant être signé à la fin du mois, le contrat définitif permettra à France Télécom de proposer aux médecins membres de ces unions régionales un service complet : messagerie sécurisée, connexion à Internet, envoi de feuilles de soins vers les unions qui ensuite réachemineront de manière centralisée en passant par le RSS, système d'information, de paiement ... Considérant que le RSS ressemble actuellement à une offre de connexion sans réels services, chez France Télécom on plaisante "bref, c'est un RSS, mais en mieux". Baptisé "Libéralis", ce nouvel intranet sera tout d'abord proposé à plus de 50 000 médecins membres de 9 unions régionales ayant déjà adhéré. D'autres unions pourraient se joindre à Libéralis. L'union de l'Ile-de-France, regroupant 24 000 médecins, représente à elle seule un poids considérable, la France comptant un peu plus de 110 000 médecins libéraux. Les autres professionnels (pharmaciens, cliniques, kiné, dentistes ...) pourront à terme profiter également de cette offre qui sera, comme l'explique le docteur Régis Giet, président de Libéralis "compétitive en termes de prix".

Jusqu'à présent, Cegetel n'a pas su profiter de sa situation de concessionnaire du RSS pour séduire les médecins. En effet, seuls 6 000 médecins sont aujourd'hui connectés au RSS et la moitié d'entre eux seulement transmettent ainsi leurs feuilles. Cet échec ne peut être imputé totalement à Cegetel. Critiquant cette "construction bureaucratique", les médecins expliquent également que le RSS est lié à la carte de santé Vitale dont le succès tarde à arriver. Enfin, les médecins refusent d'être les seuls à supporter les nouveaux frais qu'entraînent la transmission de feuilles et l'utilisation de la carte Vitale. (Les Echos - 4/06/1999)