besoins, les grandes entreprises françaises hésitent à changer de fournisseur. Selon une enquête réalisée par le cabinet d'études IDC auprès de 200 entreprises françaises de plus de 500 employés, d...

besoins, les grandes entreprises françaises hésitent à changer de fournisseur. Selon une enquête réalisée par le cabinet d'études IDC auprès de 200 entreprises françaises de plus de 500 employés, dans leur majorité, les entreprises interrogées, bien que prêtes "à envisager un changement d'opérateur aussi bien pour le trafic données que pour le trafic voix", restent prudentes. En effet, non seulement les entreprises connaissent mal les offres des concurrents de France Télécom, mais elles évaluent difficilement leurs propres besoins. Même si les entreprises françaises adressent des reproches à France Télécom (mauvais rapport qualité/prix des services proposés, manque de souplesse en termes de pris), elles apprécient la qualité de ses services techniques et sont dans l'ensemble plutôt satisfaites. Comme les experts d'IDC l'analysent "les nouveaux entrants auront fort à faire pour égaler la qualité de service de France Télécom, condition sine qua non pour faire basculer un client vers un nouvel opérateur". Cependant, les grandes entreprises, bien décidées à tirer parti des opportunités offertes par la dérèglementation, vont mettre France Télécom en concurrence sur les services voix. De plus, elles attendent que France Télécom et ses challengers leurs proposent de nouvelles offres couplant téléphone fixe et téléphone mobile "l'avantage de telles offres est de simplifier la relation avant vente et après vente avec l'opérateur. Elles permettent une meilleure visibilité de la dépense globale en téléphonie grâce à une facturation commune". (Le Figaro - 29/10/1997)