présentes en France. A la demande de l’ART, le cabinet d’études Pierre Audoin Conseil (PAC) a réalisé une enquête auprès de 100 grandes entreprises répondantes sur 195 contactées, présentes en Fr...

présentes en France. A la demande de l’ART, le cabinet d’études Pierre Audoin Conseil (PAC) a réalisé une enquête auprès de 100 grandes entreprises répondantes sur 195 contactées, présentes en France appartenant aux différents secteurs économiques pour mieux connaître leur consommation en services de télécommunications, leur politique d’achats et leur attitude face à la concurrence. 75 entreprises répondantes sont membres du Cigref et 34 font partie du CAC 40/. En 1999, les grandes entreprises ont employé 4,5 millions de personnes et réalisé un chiffre d’affaires d’environ 6 000 milliards de F. Elles ont dépensé 72 milliards de F en télécommunications totales, dont 37,6 milliards de F en services de télécommunications. Les dépenses en télécommunications totales représentent 1,3 % du chiffre d’affaires annuel de 1999 et une moyenne de 16 700 F par salarié par an. Globalement, la dépense en télécommunications représente un peu plus de 50 % de la dépense informatique (43 % pour les entreprises de 10 000 à 30 000 salariés, 50 % pour celles de plus de 30 000 salariés). La dépense moyenne est importante dans les banques et les assurances (51 000 et 42 000 F par employé), moyenne dans l’industrie et les autres services (14 000 et 21 000 F), plus faible que la moyenne dans les transports (9 700 F) les services (11 000 F) et le commerce (5 500 F). Quel que soit le secteur d’activité, la téléphonie fixe est le poste le plus important. La téléphonie fixe a représenté 18,750 milliards de F en 1999. Ce poste représente ainsi plus de 55 % des dépenses en services de télécommunications dans les services publics, le commerce, les transports, l’assurance et plus de 65 % dans les services (média, tourisme …). Les frais d’accès et les abonnements représentent 19 % du total des dépenses de la téléphonie fixe, contre plus de 30 % pour l’ensemble du marché. Les communications interurbaines des grandes entreprises représentent 63 % de l’ensemble du marché des entreprises et plus de 32,7 % de l’ensemble du marché. Les communications internationales représentent plus de 75 % du marché entreprises. Les dépenses en communications (fixes vers mobiles) en développement atteignent 2 515 millions de F en 1999. Les transmissions de données (12,250 milliards de F) sont le plus souvent le deuxième poste le plus important. Selon les estimations de PAC, ce poste progresse d’environ 10 à 15 % par an. Son poids est particulièrement fort dans le secteur financier (42 %), du fait de l’importance des flux liés à ces activités, et dans le secteur industrie (24 %). . La moitié de ces dépenses est relative aux liaisons de type X25 et Frame Relay avec une part croissante du Frame Relay. Les liaisons ATM sont encore marginales. La téléphonie mobile (5 milliards de F) représente un poids variable (de 5 à 20 %) selon les secteurs. Les proportions sont les plus faibles dans les banques et les assurances (6 et 8 %), la plus forte dans l’industrie (26 %) . La quasi totalité des entreprises a choisi les formules au forfait. Itinéris représente 75 % de la consommation en téléphonie mobile dans les grandes entreprises, SFR 20 % et Bouygues Télécom 5 %. Les consommations moyennes annuelles par abonné individuel en téléphonie mobile sont d’environ 3 700 F en 1999. Les dépenses en services avancés s’établissent à 1,5 milliard de F, soit 4 % des dépenses de télécommunications. Les centres d’appels, au sein des services avancés, représentent une source importante de dépenses. Plus de 70 % des grands entreprises en utilisent et font appel à des NLA (numéros de libre appel). 50 % des centres d’appels sont gérés totalement ou partiellement en province. Mons de 20 % des centres sont gérés en externe. D’après les estimations de PAC, il y aurait environ 1,2 million d’accès à Internet au sein des grandes entreprises présentes en France. Les employés auraient plus facilement accès à l’intranet de l’entreprise, puisqu’on estime le nombre d’accès à 2,6 millions. Le budget de fourniture d’accès à Internet, généralement inclus dans le poste «données» n’a pu être estimé dans l’enquête avec précision. Toutefois, selon l’enquête, le budget dédié à l’accès à Internet s’élève à environ 400 à 500 millions de F en 1999, soit près de 335 F par poste équipé par an, soit moins de 2 % de la facture totale annuelle en services de télécommunications. Selon PAC, le budget relatif à la conception, au développement et à l’hébergement de sites web des grandes entreprises s’établit entre 6 et 7 milliards de F environ en 1999. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 2/04/2001)