Loin des clichés parfois véhiculés sur l'entrepreneuriat, il semblerait que les fondateurs de start-up soient nombreux à souffrir de dépression.

Le dark side des start-up : un bien-être pas toujours au rendez-vous

Le mythe de l'entrepreneuriat nous envoie habituellement vers des paysages bien gais, bercés de jeunes en jeans et Tshirt, souriants, heureux. La réalité semble parfois autre. Une récente étude (première en date de ce type) à l'initiative du Professeur Michael A. Freeman vient en effet démontrer l'existence d'une corrélation entre les troubles psychologiques et l'entrepreneuriat. En effet, tout se passe comme si le fondateur devait incarner une figure de leader invulnérable ne démontrant aucune faiblesse. Dès lors, la peur, voire la honte, d'exprimer au grand jour ses angoisses et soucis du quotidien deviennent réelles.

7 Cups of Tea propose une solution d'écoute pour les personnes traversant des passages dépressifs7 Cups of Tea propose de venir en aide aux personnes, dont les entrepreneurs traversant des passages dépressifs 

242 entrepreneurs ont été questionnés pour les besoins de l'enquête et les résultats sont édifiants. 49 % d'entre eux reconnaissent avoir des problèmes d'ordre mental, la dépression étant le trouble le plus cité par les entrepreneurs (par 30 % d'entre eux), suivis des problèmes de concentration liés ou non à l'hyperactivité et, enfin, l'anxiété. Alors que selon les chiffres du Ministère de la santé américain, le pourcentage de personnes touchées par la dépression aux États-Unis est de 7,4 % pour les 18-39 ans et 9,8 % pour les 40-59 ans, l'étude du Professeur Freeman lève le rideau sur un fait dont on parle malheureusement peu : nombre d'entrepreneurs sont en prise avec la dépression.
La dépression auprès des entrepreneurs
Pression démesurée liée à des exigences extrêmes, surcharge de travail, manque de sommeil, la liste des causes du mal-être des entrepreneurs peut être bien longue. Tragiquement, certains en ont payé le prix fort. Ilya Zhitomirskiy, co-fondateur de ce qui aurait pu être un concurrent de Facebook, Diaspora, Jody Sherman co-fondateur d'Ecomom, un site d'e-commerce, Aaron Swartz, activiste du net, et récemment, Austen Heinz, co-fondateur de Cambrian Genomics ne sont que des exemples parmi d'autres d'entrepreneurs y ayant laissé la vie.

Heureusement, les initiatives commencent à se multiplier pour soutenir les fondateurs en mal de vivre. Des entrepreneurs reconvertis à l'image de Sean Percival ou encore Brad Feld.  lèvent le voile sur leurs blogs respectifs  et encouragent les entrepreneurs esseulés à sortir de l'ombre. L'initiative de 7 Cups of Tea, une start-up qui propose un service d'écoute anonyme et gratuit, dont une branche spécifiques aux entrepreneurs, constitue également un exemple de projets visant à soutenir les fondateurs de start-up.

Rédigé par Pauline Canteneur