C’est une véritable révolution, pour l’opérateur historique France Télécom comme pour ses abonnés. A compter de cette semaine, les utilisateurs qui disposent d’une ligne de téléphonie fixe vont...

C’est une véritable révolution, pour l’opérateur historique France Télécom comme pour ses abonnés. A compter de cette semaine, les utilisateurs qui disposent d’une ligne de téléphonie fixe vont véritablement pouvoir, s’ils le souhaitent, couper le cordon d’avec France Télécom en résiliant leur abonnement téléphonique. L’heure du dégroupage total a sonné : désormais, les opérateurs alternatifs sont à même d’utiliser le dernier kilomètre de réseau reliant France Télécom à l’abonné pour y disposer leurs équipements et raccorder les consommateurs qui souhaitent se désengager de l’opérateur historique. Avec le dégroupage partiel, les utilisateurs pouvaient déjà avoir recours aux opérateurs alternatifs, mais devaient toujours s’acquitter d’un abonnement mensuel de 13 euros auprès de France Télécom. Les offres alternatives de Free et Neuf Télécom…Cette époque est révolue, depuis que les premières offres d’opérateurs alternatifs ont été lancées sur le marché cette semaine. C’est Free qui a ouvert le bal avec un forfait de 30 euros qui comprend l’ADSL haut débit (de 2 à 5 mégabits), la télévision par ADSL (50 chaînes gratuites, et 50 autres en option), ainsi que des communications téléphoniques nationales illimitées. Le marché s’attend à ce que Neuf Télécom fasse son offre officiellement cette semaine ou la suivante. Le programme est à peu de choses près le même que celui de Free, sauf que ses communications sont limitées à cinq heures par mois. Doit-on s’attendre à ce que les abonnés France Télécom se précipitent sur ces offres, et rompent leur contrat avec leur vieil opérateur historique ? Pas sûr. Pour commencer, les offres des opérateurs alternatifs se cantonnent aux zones dégroupées, et donc surtout aux grandes agglomérations. Ensuite, il subsiste quelques doutes quant au bon fonctionnement de certains services, qui peuvent freiner plus d’un utilisateur : la tarification des communications vers des numéros spéciaux, des téléphones portables et des appels internationaux, la portabilité des numéros fixes (possibilité de garder son ancien numéro, attribué par France Télécom), etc. L’offre de France Télécom… Quoiqu’il en soit France Télécom n’a pas tardé à réagir à cette offensive des opérateurs alternatifs. Le groupe a annoncé aujourd’hui le lancement de nouvelles offres de communications illimitées sur le fixe et en voix sur IP :

Des forfaits de communication téléphonique illimités à partir de 9 euros,
Une offre de voix sur IP illimitée pour les clients Wanadoo à 10 euros pendant la première année,
Un accès Internet à 2 mégabits pour 35 euros,
Et enfin la commercialisation d’une « passerelle domestique », qui se présente sous la forme d’un boîtier relié à la prise de téléphonie fixe et qui assure un accès haut débit pour tous les services de communication de la maison : Internet, TV sur ADSL, voix sur IP, etc. (voir aussi notre dossier spécial sur la maison communicante).
De quoi, peut-être, relever la tête du segment téléphonie fixe de France Télécom, qui a accusé une nouvelle baisse de son chiffre d’affaires au premier trimestre 2004 (- 0,7 %). (Atelier groupe BNP Paribas – 09/06/2004)