Longtemps réservé aux hommes d'affaires à cause de son prix, le téléphone portable est désormais partout, à la fois outil de travail indispensable des jeunes polonais ou signe de richesse, très rech...

Longtemps réservé aux hommes d'affaires à cause de son prix, le téléphone portable est désormais partout, à la fois outil de travail indispensable des jeunes polonais ou signe de richesse, très recherché. Alors qu'en 1993, il n'existait qu'un seul système de téléphone mobile analogue, Centertel, quatre réseaux aujourd'hui sont en concurrence. Le nombre d'abonnés a triplé l'an passé pour atteindre 850 000 personnes environ. Plus et Era, les deux réseaux GSM concurrents totalisent plus de 300 000 abonnés, quinze mois après leur implantation. Détenu à 34 % par France Télécom et à 66 % par l'opérateur national TP SA, Centertel a séduit 257 000 Polonais. Bien sûr, le marché est loin d'être saturé avec 2,1 téléphones portables pour 100 habitants contre 22,9 en Suède, 4,8 en Autriche, 2,6 en Grèce. Depuis le 1er mars, le réseau urbain GSM-1800 "Idea" de Centertel, fonctionnant sur de hautes fréquences, est disponible à Varsovie où vivent déjà un tiers de tous les utilisateurs polonais. Il devrait être opérationnel d'ici à la fin de l'année dans les dix plus grandes agglomérations polonaises ainsi que le long des axes routiers les reliant entre elles. Le nouveau système couvrira un quart du territoire du pays, soit 37 % de la population nationale. Proposant des tarifs inférieurs à ceux pratiqués par les autres réseaux GSM, Idea espère convaincre 150 000 abonnés. Collaborant avec le réseau analogue Centertel, leurs abonnés disposeront d'un même numéro pour les deux appareils. Seul à couvrir actuellement 95 % de la Pologne, Centertel espère contrôler un tiers du marché de la téléphonie portable dans l'avenir. (Le Figaro - 31/03/1998)