Les sociétés Siris, Soleri et le Groupe Spring ont été regroupés sous la marque T-Systems afin de proposer au marché français des services d’informatiques et télécoms et des services de convergence...

Les sociétés Siris, Soleri et le Groupe Spring ont été regroupés sous la marque T-Systems afin de proposer au marché français des services d’informatiques et télécoms et des services de convergence. T-Systems (http://www.t-sstems.com), l’une des quatre divisions opérationnelles sur lesquelles Deutsche Telekom fonde son développement international, est aujourd’hui n° 2 en Europe sur le marché des services informatiques et télécoms pour les entreprises. Cette division a été créée après l’acquisition par Deutsche Telekom d’une part majoritaire de debis IT Services, devenue une joint ventuire entre Deutsche Telekom AG (50,1 %) et Daimler Chrysler Services AG (49,9 %). T-Systems regroupe en France 2 300 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires cumulé de 2,4 milliards de F. La société a présente, lors du salon NetWorld+Interop 2001, quatre premières offres de services de convergence aux entreprises françaises : des solutions de e-hosting, c’est-à-dire l’hébergement intégré proposant des serveurs et des applications e-business ; des solutions d’ingénierie collaborative, pour l’industrie automobile et aéronautique ; des solutions xNet d’entreprises permettant l’accès aux applications critiques de l’entreprise via Intranet / Extranet ; et des solutions globales de e-learning combinant les compétences techniques de réseau, de streaming, de portail et des compétences pédagogiques (contenus, organisation des formations, intégration des outils). Christian Hufnagl, chairman of the Managing Board de T-Systems International GmbH, déclare « T-Systems entend devenir le leader du marché européen d’ici 2004. La France est un de nos marchés prioritaires où, en tant que partenaire stratégique, nous proposons une offre de services et produits qui contribuent à accroître l’efficacité et la valeur des ressources de nos clients ». Selon une étude réalisée cet été auprès de 400 responsables informatique et télécommunications d’entreprises françaises de plus de 300 salariés, par TN Sofres pour T-Systems, 68 % des entreprises françaises interrogées considèrent que les opérateurs télécoms sont les plus habilités à proposer des offres de services de convergence. Les équipementiers viennent ensuite (53 %), puis les constructeurs (44 %) et les SSII (43 %). 91 % des entreprises interrogées sont aujourd’hui demandeuses en priorité de solutions de réseaux, et 77 % de solutions intégrant Internet aux outils de gestions et de ventes. 12 % seulement ont déjà mis en place des solutions de convergence. Selon l’étude, 65 % des personnes interrogées, dont plus de 80 % de responsables télécoms, sont déjà familières avec la notion de convergence. Alors que 92 % des entreprises s’attendent à recevoir un soutien accru des opérateurs et des SSII pour mettre en place et développer des solutions de convergence, 59 % seulement croient à l’interlocuteur unique. 37 % des entreprises interrogées citent la recherche de gain de productivité comme premier facteur décidant de l’introduction de la convergence dans l’entreprise. Plusieurs obstacles concourent à son adoption prudente : les coûts pour 45 % des sondés et l’inertie interne pour 26 %. Toutefois, 80 % des responsables interrogés envisagent à moyen terme la fusion des responsabilités entre informatique et télécoms. 76 % des personnes interrogées citent la presse spécialisée comme principale source d’information sur la convergence. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 3/10/2001)