« 2003 sera l’année du retournement », a lancé le nouveau patron de Deutsche Telekom, Kai-Uwe Ricke, au cours de l’assemblée générale du groupe. Le premier opérateur de télécommunication européen ...

« 2003 sera l’année du retournement », a lancé le nouveau patron de Deutsche Telekom, Kai-Uwe Ricke, au cours de l’assemblée générale du groupe. Le premier opérateur de télécommunication européen avait surpris les analystes en publiant des résultats positifs au premier trimestre 2003, pour la première fois depuis deux ans.

Le nouveau président du groupe a affirmé sa confiance dans la capacité du groupe à ramener sa dette totale de 56,3 milliards d’euros à 52 milliards d’euros d’ici la fin de l’année. Il a demandé aux actionnaires d’approuver la résolution sur le non-paiement d’un dividende au titre de l’exercice 2002 pour contribuer à l’allégement de la dette.

Si l’opérateur relève la tête financièrement, il devrait par contre être sanctionné par la commission européenne, selon des sources proches du dossier. Deutsche Telekom est accusé d’abus de position dominante : la société aurait eu recours à différentes méthodes pour empêcher l’accès de concurrents au marché allemand des communications téléphoniques et télématiques, dont il détient 98 %.

L’opérateur aurait mis en place des pratiques de dégroupage litigieuses, et aurait appliqué des tarifs pour les abonnements de gros supérieurs à ceux pratiquer sur le marché du détail. Les tarifs auraient déjà changé, mais suffisamment d’après les mêmes sources. L’amende pourrait s’élever à plusieurs millions d’euros.

(Atelier groupe BNP Paribas – 21/05/03)