La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, la DGCCRF, passe à l'action. L'organisation, qui reçoit depuis le 1er février les fournisseurs d'accès...

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, la DGCCRF, passe à l'action. L'organisation, qui reçoit depuis le 1er février les fournisseurs d'accès à Internet pour faire le point sur les services proposés à leurs clients, a entendu le 15 février Noos-Numéricable. Inédit : en raison de l'insatisfaction croissante des abonnés du câblo-opérateur, la DGCCRF a annoncé avoir placé Noos sous surveillance.
                                     
L'organisation gouvernementale a sommé le FAI de répondre rapidement à ses clients dans quatre domaines: la qualité et la performance du service technique apportée aux clients, la facturation et la gestion des dépôts de garantie, les difficultés de traitement des réclamations et des demandes de résiliation et l'amélioration de la hotline.
 
L'opérateur a jusqu'à la fin du mois de mars pour apporter des améliorations à ces dysfonctionnements. Si aucun progrès n'est constaté, la DGCCRF pourrait appliquer des mesures répressives.
 
Depuis le mois de janvier, un mouvement de protestation enfle autour du câblo-opérateur. Une association, baptisée Les Déçus du câble et qui rassemble plus de 400 adhérents, a entamé plusieurs actions contre Noos, qu'elle accuse de publicité mensongère, d'abus de biens sociaux et de tromperie.
 
Lors de son audition par la DGCCRF, Noos a reconnu la présence de dysfonctionnements dans ses services. Pour se justifier, il a évoqué les difficultés rencontrées lors de l'uniformisation des systèmes d'information suite à la fusion des groupes UPC-Noos et UPC-Numéricable.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 19/02/2007)