Chacun de ces numéros a en effet des tarifs différents. Les numéros classiques commençant par 01 sont facturés au tarif d'une communication locale (74 centimes les trois premières minutes, puis 28 o...

Chacun de ces numéros a en effet des tarifs différents. Les numéros classiques commençant par 01 sont facturés au tarif d'une communication locale (74 centimes les trois premières minutes, puis 28 ou 14 centimes la minute en fonction des heures). Pour les numéros (vert) commençant par 0.800, l'appel est gratuit. Il en existe 30 000. Les frais sont pris en charge par l'entreprise titulaire du numéro. 12 000 sociétés y ont recours. Ce sont surtout les sociétés de transports, de commerce, l'industrie agro-alimentaire et le secteur financier qui utilisent ces numéros. Avec les numéros (azur) débutant par 0.801, les clients peuvent joindre une entreprise pour le prix d'une communication locale quelle que soit sa région d'appel en France. On en compte 2 500 dans les secteurs de la banque et de l'assurance. Les numéros commençant par 0.836 sont des numéros Audiotel, des services interactifs d'informations vocales par téléphone. On en recense 7 000 en Ile-de-France. Leur prix est souvent de 2,23 F la minute (ceux dont les six premiers chiffres sont 08.36.68). Ceux qui débutent par 08.36.70 coûtent 8,91 F (frais d'accès), puis 2,23 F la minute. Les numéros (indigo) commençant par 0.802 ou 0.803, lancés en 1996, permettent de joindre son interlocuteur pour un prix unique, quel que soit le lieu et l'heure de l'appel. Il coûte 0,79 F ou 1,09 F la minute. De 1 000 il y a un an, on en recense aujourd'hui 4 500. Les sociétés de vente par correspondance, le transport et le tourisme utilisent ces numéros. (Le Parisien - 20/01/1999)