Les standards téléphoniques pour les très petites entreprises et les solutions CTI combinant téléphone et informatique, les deux métiers principaux de Discofone, représentant 80 % de son chiffre d...

Les standards téléphoniques pour les très petites entreprises et les solutions CTI combinant téléphone et informatique, les deux métiers principaux de Discofone, représentant 80 % de son chiffre d'affaires, sont en plein développement. Misant beaucoup sur l'innovation pour faire face à la concurrence, Discofone investit chaque année près de 15 % de son chiffre d'affaires pour développer de nouveaux produits. La société veut accroître ses ventes en Europe et faire passer la part de l'export de 15 % en 1998 à 50 % en 2001. Pour parvenir à cet objectif, Discofone signe de nombreux partenariats. Après celui déjà en place avec le suédois Ericsson International, celui avec le norvégien Telenor devrait se concrétiser dans les prochaines semaines, celui avec Telecom Italia au cours du second semestre. Frédéric Peilleron, son président, souligne "chaque marché à ses propres normes. Nous avons dû adapter nos produits. Pour Telecom Italia par exemple, les tests techniques qui devraient être clos fin mars, ont débuté il y a un peu plus d'un an". Le marché sur lequel la société veut faire le forcing est l'Allemagne "notre expérience sur place date de trois ou quatre ans. A présent, nous disposons d'une équipe de trois personnes là-bas, et nous allons lancer plusieurs produits. C'est le premier marché en Europe, mais aussi le plus fermé techniquement et culturellement". Le groupe compte quatre sociétés : Discofone, la maison mère qui gère le commercial et le marketing, Adept Télécom (créée en 1986), le développement et la fabrication des standards téléphoniques, Praxicom (créée en 1992) pour les produits CTI puis enfin Dynaccueil, un studio d'enregistrement fournissant des conseils en communication aux TPE, créé en 1998. Pour distribuer ses produits, le groupe s'appuie sur un réseau d'installateurs aux côtés de grands comptes comme France Télécom. (La Tribune - 19/02/1999)