IP. Pour s'imposer rapidement face aux opérateurs historiques, les nouveaux entrants ne peuvent que miser sur les nouvelles technologies IP, plus rapides à déployer, d'un coût d'investissement p...

IP. Pour s'imposer rapidement face aux opérateurs historiques, les nouveaux entrants ne peuvent que miser sur les nouvelles technologies IP, plus rapides à déployer, d'un coût d'investissement plus accessible. Plus modulaires et plus évolutives, elles sont également par conséquent plus faciles à rentabiliser. Largement engagé aux Etats-Unis avec Qwest;, Level3, MCI-WorldCom Delta Three et bien d'autres, le mouvement s'amorce dès à présent en Europe avec Sonera en Finlande, Mediaways en Allemagne, KPN aux Pays-Bas, ou bien encore Interoute Communications. Né en 1995 au Royaume-Uni, simple revendeur de minutes à l'origine, ce nouvel entrant est déjà actif dans une dizaine de pays et titulaire en France d'une licence L.34.1 ainsi que d'un préfixe de sélection à quatre chiffres, le 1620. Interoute Communications, commercialisera pour des PME, dans un premier temps, une offre "VoiceRoute" de téléphonie longue distance, internationale et vers les mobiles, facturée à la seconde, basée sur des centraux d'Ericsson Axe 10. Dès le courant de l'année 1999, il s'emploiera à monter un réseau dorsal ATM européen, pouvant supporter une gamme de services IP, voix, données et vidéo de plus en plus étendue. Nigel Wallbridge explique "nous voulons nous positionner clairement sur les technologies innovantes. Si nous avons opté pour un réseau IP sur ATM, c'est parce qu'il pourra être amorti en moins de trois ans et qu'il autorise une connectivité IP de bout en bout. Nos clients feront des économies substantielles, non pas seulement grâce à sa tarification forfaitaire attractive, pais aussi parce qu'ils n'auront plus besoin d'entretenir en interne des spécialistes multiréseaux (RNIS, X.25, Frame Relay ...)". (Le Quotidien du Multimédia - 21/04/1999)