Les entreprises ne semblent pas encore prêtes, dans leur majorité, à adopter des solutions dans les nuages pour certains services sensibles et qui contiennent des données confidentielles.

Des entreprises qui boudent le cloud pour les activités critiques

Le cloud est toujours sous-utilisé par la majorité des entreprises. Un sondage, mené par InformationWeek Report auprès de quatre cents décisionnaires technologiques de sociétés nord-américaines, révèle que seul un quart des firmes a installé des services dans les nuages pour améliorer ses stratégies de continuité et de récupération de données après un désastre éventuel au cœur des installations. Si 28% des personnes interrogées pensent incorporer ce type d'outils dans les 24 mois à venir, les réticences restent quand même très élevées. Le premier obstacle à l'adoption reste la sécurité des données confidentielles, placées entre les mains des hébergeurs de cloud (52%).

La sécurité du cloud, toujours au centre du problème

Viennent ensuite la conviction que certaines applications critiques ne peuvent fonctionner correctement dans les nuages et qu'il revient moins cher de sauvegarder toutes ces informations sur des serveurs physiques au sein de la société (42% pour les deux). Selon Kurt Marko, auteur du rapport et consultant pour InformationWeek Report, le principal problème est ailleurs : "Le secteur IT est paradoxalement un milieu très conservateur : les professionnels ont peur de changer de mécanique et de mode de fonctionnement, notamment pour des sujets aussi sensibles que la récupération de données". Mais c'est également la crainte de laisser une partie du contrôle à un prestataire externe qui inquiète.

Des avantages non négligeables pour les sociétés qui sautent le pas

Pourtant, les entreprises ayant effectué le pari du cloud pour ces services cruciaux y voient plusieurs avantages. La moitié d'entre elles déclare que l'intégration de ces processus dans les nuages leur a permis de réduire drastiquement le temps de récupération des informations après un incident. Les sociétés évoquent aussi la fiabilité et la facilité à exporter ces services dans toutes les branches d'une firme. L'investissement initial en équipements informatiques comme des serveurs ou des bases de données est largement réduit. "Les hébergeurs cloud ont fait de gros progrès ces derniers mois, afin de sécuriser leurs offres et proposer toujours plus de fonctionnalités. Le reste n'est qu'affaire de changement de mentalité", conclut Kurt Marko.