près de 100 000 personnes dans 130 pays, le groupe a confirmé qu'une restructuration de l'un de ses trois principaux secteurs d'activité "en cours depuis deux ans" allait entraîner la suppression pr...

près de 100 000 personnes dans 130 pays, le groupe a confirmé qu'une restructuration de l'un de ses trois principaux secteurs d'activité "en cours depuis deux ans" allait entraîner la suppression prochaine "d'au moins" 5 000 emplois dans le monde. Le quotidien suédois Dagens a affirmé que 10 000 des 38 000 emplois d'Ericsson Telekom, qui fabrique notamment des centraux de type AXE dont les ventes sont largement déficitaires, allaient disparaître au cours des années à venir. Récemment, Lars Ramqvist, le PDG du groupe avait déclaré "qu'Ericsson Telekom constituait un fardeau" pour la société "Les résultats de nos sytèmes Infocom ne sont pas satisfaisants. Nous devons supprimer des emplois pour ramener les performances de cette filiale au niveau moyen du groupe". Chaque filiale du groupe doit dégager annuellement un résultat avant impôts et éléments financiers de 22 %. Tout en se refusant à dévoiler dans quels pays ces suppressions d'emplois seraient effectuées, le groupe a tenu a rappeler que, si depuis 1995 le secteur des centraux téléphoniques avait perdu 10 000 emplois, les deux autres secteurs d'activité (téléphones portables et systèmes de téléphonie mobile) ont vu leurs effectifs croître de 24 000 personnes. Ericsson a annoncé une hausse "historique" de 65 % de son bénéfice avant impôt au terme du troisième trimestre (7,6 milliards de F), par rapport à la même période de l'an passé, et un chiffre d'affaires de 83,3 milliards de F en progression de 44 %. (L'Agefi - Le Figaro - Les Echos - La Tribune - Libération - 03/12/1997)