avant la fin de l’année prochaine. Titulaire du préfixe “6”, Esprit Telecom part à son tour à la conquête du marché grand public de la téléphonie fixe. D’abord disponible en région parisienne autou...

avant la fin de l’année prochaine. Titulaire du préfixe “6”, Esprit Telecom part à son tour à la conquête du marché grand public de la téléphonie fixe. D’abord disponible en région parisienne autour de mars-avril, son offre sera commercialisée sur 50 % du territoire vers le mois de juin et sur l’ensemble de l’Hexagone avant la fin de l’année. Spécialisé jusqu’à présent dans la fourniture de services de télécommunications aux entreprises, Esprit Telecom cherche à nouer des partenariats pour se lancer sur le marché résidentiel. Les banques, les établissements de crédit et les compagnies aériennes disposant déjà d’une relation directe avec un client final dont ils connaissent le profil et les habitudes de consommation intéressent tout particulièrement Esprit Telecom. Le groupe pourrait également conclure des accords avec des sociétés de services de commercialisation d’abonnements au téléphone mobile, des opérateurs internationaux cherchant à se développer en France ou bien encore avec des fournisseurs d’accès à Internet souhaitant élargir leur offre de services. Dans les quatre à cinq années à venir, le groupe espère réaliser un chiffre d’affaires supérieur à un milliard de F et générer 40 à 50 % de son activité avec le grand public.

Filiale française d’un groupe basé à Londres, Esprit Telecom France vient de clore son exercice annuel par un chiffre d’affaires de 82,6 millions de livres en hausse de 82 % et des pertes de 42,1 millions de livres (contre 10,9 millions l’exercice précédent). L’an prochain, la société devrait dégager sur quelques mois une marge brute positive. A terme, elle espère tirer de la vente de capacités à d’autres opérateurs entre un tiers et la moitié de son chiffre d’affaires. Devant bâtir obligatoirement une infrastructure nationale en France, le groupe va investir sur les cinq prochaines années 1 milliard de F. (Les Echos 24/11/1998)