Le téléphone portable est-il dangereux pour la santé ? Cet appareil émet au niveau de l'antenne des ondes ultracourtes de très haute fréquence qui le raccordent aux bornes du réseau. Bien que la pui...

Le téléphone portable est-il dangereux pour la santé ? Cet appareil émet au niveau de l'antenne des ondes ultracourtes de très haute fréquence qui le raccordent aux bornes du réseau. Bien que la puissance de ces micro-ondes soit très faible, elle est absorbée pour moitié par la tête de l'utilisateur. Aux Etats-Unis, la crainte d'un hypothétique danger est apparue en 1991, après le décès par tumeur du cerveau d'une "accro" du portable dont la famille intenta un procès à Motorola. Bien que la plainte fut classée sans suite, constructeurs et opérateurs ont depuis financé des études scientifiques sur ce sujet. Certaines études constatent une légère augmentation du risque de cancers du cerveau et de leucémies chez les opérateurs radar, soumis il est vrai à des expositions très élevées. Vu le très grand nombre d'utilisateurs, quelques cas peuvent toutefois apparaître. Chef du service rayonnements et cancer au Centre international de recherche sur le cancer, Elisabeth Cardis, indique "c'est la raison pour laquelle l'organisation mondiale de la santé nous a demandé de coordonner une étude mondiale pour savoir si l'on constate une augmentation de tumeurs du cerveau ainsi que de cancer du nerf acoustique et des glandes salivaires chez les utilisateurs de téléphones mobiles".

Des chercheurs ont déjà modifié leur comportement, sans attendre les résultats des études sur les risques du portable. Ainsi, Colin Blakemore, enseignant la physiologie à l'université d'Oxford et siégeant à la commission gouvernementale sur les téléphones cellulaires, a cessé de se servir du sien, ayant déjà noté des problèmes de concentration au cours de communications sans fil. Ne sachant pas si les effets des radiations des portables étaient ou non dangereux, Jim Penman, de l'université d'Aberdee, a, quant à lui, doté son portable d'un écouteur pour baladeur et tient l'appareil le plus loin possible de son oreille, ce qui n'est guère pratique il faut l'avouer. (Le Figaro - 27-28/03/1999)