Selon l'Observatoire des marchés de l'Arcep, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, qui vient de publier ses chiffres du marché des services de télécommunications...

Selon l'Observatoire des marchés de l'Arcep, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, qui vient de publier ses chiffres du marché des services de télécommunications pour le quatrième trimestre 2006, le nombre d'abonnements à une offre de téléphonie classique a baissé de 4.7% en un an. Au contraire, les abonnements à la téléphonie sur IP (Internet Protocol) ont été multipliés par deux sur l'année, pour atteindre les 6.6 millions de souscripteurs. La téléphonie fixe traditionnelle vivrait-elle ses derniers jours?
 
Cette progression permet au marché de la téléphonie fixe en général d'enregistrer une hausse de 4.9% du nombre de ses clients, à 38.2 millions.
 
Le volume de trafic sur IP au départ des postes fixes représente désormais un quart du trafic global, soit une hausse de plus de 50% par rapport à l'année précédente. Cette bonne santé est due en partie au volume des communications internationales, en progression de 23.3% sur l'année.
 
Le nombre d'accès à Internet est lui aussi en pleine expansion. Avec 15.3 millions d'abonnés fin 2006, il a progressé de 15.1% en un an. Et les abonnés à une offre haut débit sont désormais 12.7 millions (+34.4%), soit 83.3% du parc total.
 
Le haut débit a généré 862 millions d'euros, soit une hausse de 37.5% en un an. Plus impressionnant, les revenus de l'Internet français dépassent, pour la première fois, le milliard d'euros.
 
1.6 million de lignes supplémentaires ont profité cette année du dégroupage total, pour parvenir à un résultat final de 2.2 millions de lignes. Les 1.8 million de lignes partiellement dégroupées sont en légère baisse (-0.4 million sur l'année).
 
Côté téléphonie mobile, la France compte désormais 51.7 millions de clients (+7.4%). Le revenu des services mobiles a augmenté de 5.6%, à 4.3 milliards d'euros au quatrième trimestre. Ces chiffres, s'ils sont bons, révèlent néanmoins un ralentissement du rythme de croissance, évalué entre 8 et 10% en 2005.
 
Dernière constatation: la facture mensuelle d'un abonné mobile a baissé de 2%, pour s'établir au dernier trimestre à 28.2 euros hors taxes. L'équation s'annonce difficile pour les opérateurs qui espèrent compenser avec les divers services multimédias les sommes investies dans la 3G...
 
D'autant que ces fameux services multimédias ont été plébiscités par 15 millions de personnes au quatrième trimestre, contre 14.1 millions l'année précédente. La marge de progression n'est donc que de 6.5%, score relativement faible.
 
Dans son ensemble, le marché des communications électroniques a généré, au niveau du client final, 10.6 milliards d'euros au dernier trimestre 2006. Ses trois principaux segments (téléphonie fixe, Internet et les mobiles) ont représenté pour leur part un chiffre d'affaires de 8.2 milliards d'euros pour le trimestre, en hausse de 3.6%.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 02/05/2007)