Après avoir annoncé à la mi-août une croissance de 3,5 % de son chiffre d’affaires, Michel Bon, a présenté hier le détail de ses résultats semestriels. Au cours du premier semestre, le chiffre d’af...

Après avoir annoncé à la mi-août une croissance de 3,5 % de son chiffre d’affaires, Michel Bon, a présenté hier le détail de ses résultats semestriels. Au cours du premier semestre, le chiffre d’affaires a atteint 77,9 milliards de F, le résultat opérationnel courant 14,3 milliards (16,6 au premier semestre 1997 et 26,4 sur l’ensemble de l’exercice passé), le résultat net consolidé part du groupe s’établit, pour sa part, à 7,6 milliards (8,9 milliards au 30/06/1997 et 14,8 milliards fin 1997). Michel Bon a indiqué “malgré les frais que va occasionner la nouvelle opération boursière, je suis en mesure de confirmer que le résultat net 1998 devrait être en ligne avec celui de 1997, autour de 15 milliards de F”.

Les pertes de 600 millions de F entraînées par les “coûts de démarrage” de Global One et le contrecoup des importantes baisses de tarifs consenties en 1997 expliquent le recul du résultat semestriel

Alors que le chiffre d’affaires de la téléphonie fixe recule, les mobiles et Internet sont, en revanche, en très forte progression. Le premier contribue à hauteur de 20 % à la croissance du trafic, le second à hauteur de 40 %. Le trafic progresse globalement de 8,9 %.

Michel Bon s’est félicité que France Télécom soit désormais le premier fournisseur d’accès à Internet (332 000 abonnés fin septembre à Wanadoo) et toujours le leader du mobile “nous avons acquis 49 % des nouveaux abonnés aux mobiles sur les huit premiers mois de l’année et nous avons désormais 3,9 millions de clients. Nous prévoyons 5 millions d’abonnés d’ici à la fin de l’année”. (Les Echos - Le Parisien - La Tribune - Le Figaro - 18/09/1998)