transeuropéen. Les conseils d’administration des deux opérateurs ayant approuvé le principe d’une prise de participations croisées, cette opération devrait intervenir entre octobre et novembre. Cha...

transeuropéen. Les conseils d’administration des deux opérateurs ayant approuvé le principe d’une prise de participations croisées, cette opération devrait intervenir entre octobre et novembre. Chacun va acquérir 2 % de son homologue. Deutsche Telekom achètera des titres auprès de l’Etat Français, alors que France Télécom le fera auprès de la Kreditanstadlt für Wiederaufbau, une banque publique qui a “parqué” 13 % des actions de l’Etat fédéral. France Télécom financera cette acquisition par une augmentation de près de 5 % de son capital. Deutsche Telekom prévoit, pour sa part, d’utiliser son cash flow.

Les deux groupes ont annoncé également qu’ils comptaient bâtir ensemble un vaste réseau paneuropéen, projet évalué entre 2,5 et 3 milliards de F. Les différents réseaux nationaux que France Télécom, Deutsche Telekom et leurs partenaires locaux construisent dans une quinzaine de pays européens seraient alors reliés entre eux. S’appuyant sur des infrastructures déjà existantes ou en cours de déploiement, ce réseau large bande, ouvert partiellement en 1999, définitivement en 2000, reliera 40 points de présence dans 16 pays grâce à 20 000 km de fibre optique. Offrant un très haut débit, ce réseau vise le marché des centres d’affaires ainsi que le trafic Internet en pleine expansion depuis trois ans. De plus, il permettra de proposer aux grandes entreprises internationales des services à forte valeur ajoutée de type VPN (réseau privé virtuel). (Le Monde - Les Echos - Le Figaro - La Tribune - 18/09/1998)