France Télécom vient d'annoncer qu'il allait tester, avant l'été 2006, une offre très haut débit dans six arrondissements de Paris et six villes des Hauts-de-Seine. Cette expérimentation...

France Télécom vient d'annoncer qu'il allait tester, avant l'été 2006, une offre très haut débit dans six arrondissements de Paris et six villes des Hauts-de-Seine. Cette expérimentation s'appuiera sur un réseau de desserte en fibre optique jusqu'au domicile de l'abonné. Quelques milliers de foyers seront concernés, précise l'opérateur, qui indique également que "les clients du pilote se verront également proposer un grand nombre de services innovants à tester".

Objectif : parvenir à la maîtrise opérationnelle de la technologie de la fibre optique à domicile, dite FTTH (pour Fiber to the home ), considérée par l'opérateur comme la "technologie la plus performante" en matière de fourniture d'accès à Internet.

Bien qu'il se déclare satisfait de la qualité de son réseau ADSL, l'opérateur historique estime que ce dernier ne sera pas capable de satisfaire les nouveaux usages liés à Internet, grands consommateurs de bande passante, dont la TV haute définition. La fibre, qui permet des débits théoriques de l'ordre de 100 Mb/s serait donc la technologie d'avenir.

L'offre proposée dans le cadre de ces essais comprendra une série de services tirant parti des capacités de la fibre : TV haute définition (HD) sur un ou plusieurs postes, visioconférence, voix sur IP, vidéo à la demande... tous pouvant être utilisés simultanément, sans parler d'un accès à Internet à vraiment haut débit.

En revanche, aucune information n'est communiquée quant à un éventuel déploiement à grande échelle, qui demanderait des milliards d'euros d'investissements que France Télécom n'est pour le moment pas prêt à mettre sur la table. Sans parler du temps que demanderaient les travaux pour relier chaque foyer en fibre optique...

Une autre question se poserait alors : l'opérateur historique garderait-il le monopole sur son réseau de fibre, ou serait-il contraint de l'ouvrir aux autres opérateurs ?

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/01/2006)