France Télécom Mobiles devrait être le premier opérateur à introduire en France un service GPRS début 2000. Reposant sur une technologie de commutation de paquets, le GPRS permet d'atteindre des déb...

France Télécom Mobiles devrait être le premier opérateur à introduire en France un service GPRS début 2000. Reposant sur une technologie de commutation de paquets, le GPRS permet d'atteindre des débits de transferts de données de 115 Kbit/s côté utilisateur. Avant de commercialiser ses services au niveau national, France Télécom expérimentera, dans le courant de 1999, des réseaux pilotes à Lille, Paris et Toulouse.

Bouygues Télécom prévoit, de son côté, l'ouverture d'un service GPRS au premier trimestre 2000. Cegetel déploiera, pour sa part, un réseau pilote au début de l'année prochaine et ne prévoit une mise en service commerciale qu'à compter du troisième trimestre 2000. Selon Patrick Leleu, le PDG de Bouygues Télécom "le GPRS sera déployé sous la forme d'îlots pour les zones fortement urbanisées ou à forte activité économique".

Les constructeurs sont quasiment prêts. Les équipements de transmission radio des réseaux GSM sont "prêts pour le GPRS" chez Nortel Networks. Une simple mise à jour sera nécessaire. Chez Alcatel, la mise à jour sera logicielle et livrée courant 1999. Au Royaume-Uni, Motorola a déjà déployé un réseau avec l'opérateur Cellnet. Devant ouvrir commercialement en janvier 2000, ce réseau fonctionnera en phase expérimentale entre avril et août. Les solutions GPRS de Lucent ne devraient, en revanche, être disponibles que dans le courant de l'année 2000. Nokia veut, quant à lui, intégrer des pare-feu à ses équipements pour le GPRS. Voulant "'un réseau sécurisé" Niklas Savender, vice-président marketing Nokia, estime que "la première application du GPRS sera l'intranet mobile". (Le Monde Informatique - 05/03/1999)