Les temps sont durs pour l'opérateur historique qui perd son statut privilégié et se trouve plongé dans une concurrence accrue. France Télécom a annoncé des prévisions moroses pour ses résultats...

Les temps sont durs pour l'opérateur historique qui perd son statut privilégié et se trouve plongé dans une concurrence accrue. France Télécom a annoncé des prévisions moroses pour ses résultats sur le marché français.
La téléphonie traditionnelle est concurrencée par la VoIP ( Voice Over Internet Protocol ) qui coûte moins cher. Les FAI sont de plus en plus nombreux à proposer des offres Triple Play. France Télécom, préoccupé de cette évolution, a recentré sa stratégie autour de son offre Livebox.
Les chiffres de décembre dernier sont parlants : alors que la téléphonie classique de l'opérateur subit une hémorragie de 10 000 abonnés par semaine, la Livebox, elle, est adoptée, dans le même temps, par 46 000 foyers.
Côté mobile, l'opérateur historique prévoit pour la première fois que la croissance du marché va ralentir. Et selon la Tribune , l'activité de ce secteur pourrait ne pas suffire à compenser la baisse du chiffre d'affaires des autres secteurs.
Fort de ces prévisions, l'opérateur organise un comité central d'entreprise avec les syndicats et a présenté un plan de réorganisation de ses activités françaises. D'après Les Echos , le groupe compte se recentrer sur Internet avec un objectif de 1,2 million de nouveaux clients fin 2006 contre 830 000 un an plus tôt.

(Atelier groupe BNP Paribas - 31/03/2006)