L'opérateur historique réussira-t-il à maintenir son leadership face à une concurrence accrue ? C'est bien l'enjeu de l'année 2006. L'opérateur justifie la baisse de ses prévisions de chiffre...

L'opérateur historique réussira-t-il à maintenir son leadership face à une concurrence accrue ? C'est bien l'enjeu de l'année 2006. L'opérateur justifie la baisse de ses prévisions de chiffre d'affaires par "la pression concurrentielle, les mutations technologiques accélérées et l'environnement réglementaire". Reste qu'une puissance comme France Télécom est parmi les mieux placées pour affronter les deux dernières contraintes. Il faudra donc retenir la "pression concurrentielle" comme élément structurant de la stratégie de France Télécom.

Pour l'année 2005 , la croissance de l'entreprise devrait s'établir entre 2 et 3 %. La marge brute opérationnelle est maintenue pour 2005. En excluant l'amende du Conseil de la Concurrence qui s'élève à 256 millions d'euros, elle devrait dépasser 18,5 milliards d'euros.

En juin 2005, France Télécom a lancé la stratégie NExT, qui semble avoir tenu ses premières échéances. Orange a annoncé avoir atteint le million de clients au haut débit mobile avec 6 mois d'avance sur la date prévue initialement. France Télécom est le premier opérateur en Europe en nombre de lignes ADSL fournies.

Pour l'année 2006 , l'opérateur revoit à la baisse ses prévisions. La croissance du chiffre d'affaires devrait avoisiner les 2 %. L'opérateur promet de maintenir le cap en lançant de nouveaux produits et en créant un "Technocentre, pour assurer le développement rapide et cohérent des offres convergentes".

(Atelier groupe BNP Paribas - 12/01/2006)