A l'annonce de ses résultats annuels, l'opérateur historique rassure les investisseurs. En 2005, France Télécom a enregistré une croissance de 6,2 % de son chiffre d'affaires qui s'est établi à...

A l'annonce de ses résultats annuels, l'opérateur historique rassure les investisseurs. En 2005, France Télécom a enregistré une croissance de 6,2 % de son chiffre d'affaires qui s'est établi à 49 milliards d'euros. L'opérateur dit avoir enregistré forte augmentation de parc d'abonnés haut débit et mobiles. Rappelons que France Télécom vend 46 000 Livebox par semaine mais subit une hémorragie de ses abonnés de téléphonie fixe classique.
 
D'ici à 2008, l'opérateur annonce la suppression sans licenciement de 18 000 postes dont 16 000 en France d'ici à 2008. "Entre 2006 et 2008, il y aura 22 000 départs naturels en France et 6 000 embauches, ces 22 000 départs me paraissent suffisants pour atteindre nos objectifs", a expliqué le directeur financier de France Télécom, Gervais Pélissier.
"Notre environnement change, nous devons changer encore plus vite. Nos atouts exceptionnels, l'ADSL, la Livebox, le Haut Débit Mobile et les Contenus sont les quatre piliers grâce auxquels nous allons développer tous nos nouveaux services", a expliqué Didier Lombard, PDG de France Télécom.
Finalement, France Télécom rassure ses investisseurs en maintenant un objectif de cash flow organique de 7 milliards d'euros. L'opérateur explique ne pas se comparer aux opérateurs alternatifs" : à la différence de Neuf ou de Free, nous entretenons un réseau télécoms qui sert à tout le monde", commente Gervais Pélissier.
 
Ce sont donc les opérateurs historiques européens qu'il faut plutôt prendre pour échelle. Ainsi, Deutsche Telekom investit trois milliards d'euros dans un réseau de fibre optique, ce qui pose de nouveaux problèmes sur les conditions d'ouverture aux opérateurs alternatifs. France Télécom avait d'ailleurs expliqué ne pas investir dans la construction d'un réseau de fibre optique s'il était ensuite obligé de l'ouvrir à prix bas.
 

(Atelier groupe BNP Paribas - 14/02/2006)