Free monte au créneau. La filiale d'Iliad s'insurge contre un amendement signé par plusieurs députés dans le cadre de la loi sur la télévision du futur, qui vise à étendre aux FAI la contribution...

Free monte au créneau. La filiale d'Iliad s'insurge contre un amendement signé par plusieurs députés dans le cadre de la loi sur la télévision du futur, qui vise à étendre aux FAI la contribution au financement du COSIP (Compte de soutien à l'industrie des programmes). Pour Free, cette nouvelle taxe risque d'être payée par les consommateurs.
 
Le groupe, qui précise ne pas s'opposer au principe d'une contribution "dès lors qu'il s'accompagne de sérieuses contreparties dans l'intérêt du consommateur", estime que ce projet d'amendement n'est pas justifié à l'heure où la France a rattrapé son retard dans l'économie numérique.
 
Il souligne également que les opérateurs télécoms contribuent déjà au développement de la création télévisuelle. Ainsi, le FAI rappelle avoir versé 12 millions d'euros cette année. Pour lui, "les producteurs de cinéma et d'audiovisuel, à travers cette nouvelle taxe et avec le soutien du Ministère de la Culture, construisent une dépendance financière à l'égard de l'industrie des télécommunications".
 
C'est pourquoi Free, qui annonce découvrir l'existence de cet amendement, appelle les députés à ne pas le voter "dans l'intérêt des consommateurs et pour la poursuite du développement de l'économie numérique en France".
 
Reste à savoir si le FAI sera entendu...
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 25/01/2007)