Le Conseil des Ministres des Transports vient de débloquer les 450 millions d’euros nécessaires au développement de Galileo, système européen de positionnement et de navigation par satellite ...

Le Conseil des Ministres des Transports vient de débloquer les 450 millions d’euros nécessaires au développement de Galileo, système européen de positionnement et de navigation par satellite, et d’adopter le règlement instituant l’entreprise commune chargée d’en assurer la gestion. Cette décision fait suite aux conclusions du Conseil européen de Barcelone des 13 et 14 mars derniers. Ce projet industriel, développé en collaboration avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA), créateur de 150 000 emplois hautement qualifiés et générateur de près de 10 milliards de revenus par an selon Loyola de Palacio, vice-présidente de la commission en charge des transports et de l’énergie, sera plus avancé, plus performant et plus fiable que le GPS américain, en situation actuelle de monopole.Loyola de Palacio précise « le projet Galileo vise a être parfaitement compatible et redondant avec le GPS : la conjonction des deux systèmes permettra de rendre l’ensemble plus solide et plus fiable (…). Mais il permet d’éviter une situation de monopole et de donner la possibilité à chacun de choisir ». La phase de développement de Galileo (2002-2005) permettra de valider les choix techniques et de créer l’ensemble des conditions indispensables au déploiement rapide de l’infrastructure, y compris le lancement des premiers satellites tests. L’Union Européenne et l’ESA assureront conjointement le financement de cette phase pour un montant global de 550 millions d’euros. Une entreprise commune, dont les membres fondateurs sont l’Union européenne et l’ESA, assurera la gestion de cette phase. Le déploiement de Galileo est prévu jusqu’en 2008. Galileo permettra à l’utilisateur de déterminer précisément à tout instant sa position dans le temps et dans l’espace. Ses applications dans la vie quotidienne sont multiples : elles vont de la radionavigation dans les voitures individuelles jusqu’à la sécurité dans les transports. Son utilité touchera l’ensemble de la société.(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 28/03/2002)