S'en remettre aux solutions qui localisent le propriétaire d'un téléphone facilite le passage d'une connexion à une autre sans perdre le réseau.

Quand la géolocalisation améliore la connectivité des ordiphones

Pour optimiser et augmenter le rythme de transmission des données d’un téléphone avec les réseaux sans fil, la collecte de données liées au déplacement - via le GPS, l'accéléromètre ou le gyroscope - semble une bonne solution. C’est ce qu’a voulu montrer une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Ils ont pour cela travaillé sur trois protocoles de communication pour améliorer le passage d’une connexion à une autre et optimiser la quantité de données échangées. L’objectif est de faire en sorte que l’utilisateur d’un smartphone perde le moins possible sa connexion notamment lorsqu’il se déplace, le tout en utilisant les informations fournies par les données de géolocalisation émises.

Une meilleure connexion

Le premier protocole utilise ce type de données pour sélectionner le transmetteur le plus proche. En effet, plus le téléphone est connecté à une source proche de lui et moins la perte de puissance due à la distance est importante. La fréquence des changements d’un émetteur à un autre est susceptible de baisser de l’ordre de 40 %. Le second protocole vise à adapter plus facilement le rythme de transmission des données à la bande passante disponible. Essayer d’envoyer trop d’informations alors même que le signal émis par le réseau est faible nuit à l’ensemble du trafic et conduit à le perdre plus facilement et plus souvent. En utilisant la géolocalisation, on sait si l’appareil est en mouvement ou pas, et on adapte ainsi le rythme de transmission. Il augmente si la personne se déplace, et il ralentit si elle est fixe. Le gain d’efficacité est de l’ordre de 50 % sur la qualité de connexion.

Améliorer l’efficacité des émetteurs

Au delà de s’intéresser à la réception, les chercheurs se sont également penchés sur la question de l’émission. Le protocole - le troisième - qu’ils ont mis en place permet de déterminer le comportement que doit adopter un émetteur de données sans fil par rapport au téléphone. En effet, souvent même quand le téléphone perd le signal, la borne continue de lui envoyer l’émission pendant un certain temps. Cela représente une consommation inutile de bande passante. La puissance du réseau est alors affaiblie pour rien. Grâce à un calcul et à une analyse des trajectoires signalées par l’envoi de données géolocalisées, il est alors plus simple d’anticiper les lieux où l’émetteur de signal ne doit pas s’obstiner à se connecter à un appareil.