Squirrel, start-up londonienne fraîchement débarquée de l'accélérateur Barclays propose l'équation suivante : permettre aux employés d'une entreprise de mieux gérer leurs finances pour renforcer leur bien-être et générer de l'engagement envers l'entreprise.

Mieux gérer ses finances, source de bien-être des salariés en entreprise ?

« On entend beaucoup parler du bien-être des salariés aujourd'hui et les entreprises ont envie d'y porter une attention particulière » explique Mutaz Qubbaj, co-fondateur la start-up Squirrel. Tout droit sortie de l'accélérateur Techstars Barclays, la start-up londonienne œuvre en effet pour le bien-être des employés en s'occupant de leur porte-monnaie. Et l’une des grandes particularités de cette start-up réside précisément dans son modèle B2B2C : les clients sont les entreprises elles-mêmes. « Nous voulons faire en sorte que tout salarié puisse maîtriser ses finances même en des temps difficiles », commente Mutaz.

Qu'est-ce que Squirrel en pratique? C'est une plateforme web, qui présente des outils afin de gérer son budget plus intelligemment, en se basant sur son salaire à venir. L'accès gratuit à la plateforme Squirrel devient alors un avantage qu'une entreprise peut proposer à ses employés, une composante parmi d'autres de l' « employee package » en quelque sorte. À la clé, le bien-être des employés est encouragé car ceux-ci sont déchargés du poids des soucis d'argent et avec en bonus: plus d'engagement envers l’entreprise.

Aider les salariés à reprendre le contrôle de leurs finances

Les concepteurs de Squirrel disent s'adresser aux employés disposant de revenus peu importants et qui peuvent rencontrer des difficultés à boucler les fins de mois.

Ainsi, aider les personnes qui sont familières des découverts bancaires constitue une des premières missions de Squirrel. Par exemple, en collaboration avec l'employeur, la plateforme peut faire bénéficier un employé d'une portion de son salaire chaque semaine afin que celui-ci ne flirte plus avec les agios.

squirrel

                        Les objectifs de Squirrel : centrés sur le bien-être des salariés d'entreprises
 

Par ailleurs, Squirrel viendrait également à la rescousse du salarié dont le compte en banque n'est, certes, pas à sec mais tout de même peu étoffé. Une voiture qui tombe en panne, à titre d'exemple, et qui nécessite que son propriétaire débourse plusieurs centaines d'euros. L'employé peut en effet par le biais de Squirrel avoir accès à une avance sur salaire lui permettant de payer la somme due au garagiste sans avoir à se soucier d'emprunter de l'argent à des amis ou de devoir demander des délais à son créancier. Au delà de ces avantages, elle permet d'effectuer un benchmark rapide afin de détecter les meilleurs fournisseurs de services (énergie par exemple) auxquels souscrit le salarié.

Faire équipe avec les entreprises, facteur de différenciation sur le marché

De nombreuses applications ont vu le jour dernièrement afin de permettre aux gens de mieux gérer leur budget. Bankin par exemple qui permet de catégoriser ses dépenses via une interface aussi ergonomique qu'esthétique.

Les banques se lancent aussi sur le créneau. Et pour cause, elles sont plusieurs à manifester leur volonté de faciliter la vie de leurs clients au quotidien par le biais d'applications de prévisions budgétaires. NatWest, filiale de RBS, s'apprête notamment à lancer une série d'applications mobiles destinées à aider les utilisateurs à prévoir leurs dépenses en vue d'un déménagement ou de l'arrivée d'un enfant par exemple.

squirrel
 

Squirrel, elle, prend le parti de faire équipe avec les entreprises. Un choix intelligent qui lui permet de générer une expérience utilisateur aussi simple que rapide. D'ailleurs, la start-up londonienne a déjà récolté quantité de distinctions. Elle a été entre autres finaliste du Talent Unleashed UK Awards 2014 et a fait partie de liste Fintech50 qui distingue 50 start-up à fort potentiel dans le domaine fintech. Elle se dit aussi en discussion avec plusieurs banques, pas si anodin que ça quand on sort tout juste de l'accélérateur Techstars Barclays.

Rédigé par Pauline Canteneur