Le département marketing et prévisions de l’IDATE, spécialisé dans l’analyse de marché des services de télécommunications et dans l’étude des stratégies d’acteurs qui s’y développent ...

Le département marketing et prévisions de l’IDATE, spécialisé dans l’analyse de marché des services de télécommunications et dans l’étude des stratégies d’acteurs qui s’y développent, a réalisé une étude intitulée « grands comptes en Europe, face aux mutations technologiques et aux risques de défaillance des opérateurs ». Le nombre d’entreprises de plus de 2 000 salariés en Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni s’élève à 4 850, dont près de 50 % se trouvent au Royaume-Uni. Les dépenses par salarié atteignent en moyenne 1 520 euros par an, en hausse de 4 %. De plus, les grandes entreprises sont clientes de services à forte valeur ajoutée pour lesquels les marges sont élevées. Les grandes entreprises doivent répondre à plusieurs défis : - la mise en place d’Intranet de plus en plus complexe intégrant de nouvelles applications et la généralisation de la messagerie requiérant une bande passante de plus en plus importante. Les principaux sites des grands comptes disposent ainsi désormais d’accès à 155 Mbps, voire 622 Mbps. - la migration frame-relay IP. Bien que les économies potentielles soient importantes, (de 25 à 30 % environ), la stabilité du réseau est primordiale. - la gestion de la mobilité : Elle est primordiale pour augmenter la productivité des personnels en déplacement et des cadres. - la gestion des relations avec les fournisseurs. Cette gestion a connu des évolutions importantes. Les grandes entreprises ont fait jouer la concurrence. Toutefois, la disparition de certains opérateurs et les difficultés générales du secteur rendent le choix des opérateurs plus délicat. Les opérateurs historiques et les principaux opérateurs de services globaux conservent une place prépondérante sur ce marché. Le recours à l’outsourcing a aussi considérablement progressé. Néanmoins, l’externalisation totale est minoritaire. La règle est l’externalisation partielle avec maintien de certaines activités stratégiques. Le ralentissement économique actuel peut retarder les projets des entreprises : notamment les projets informatiques et, dans une moindre mesure, les services de télécommunications. Réseau privé et réseau privé virtuel 23 % seulement des grandes entreprises disposent d’un réseau privé non exploité par un fournisseur. Ils reposent sur des liaisons louées aux opérateurs, gérées par les entreprises elles-mêmes. 35 % des entreprises ont déjà mis en place un réseau RPV IP. Quelques entreprises seulement ont déjà migré entièrement vers IP. Un basculement plus important est envisagé pour 2003/2004. Technologies d’accès et Intranet 13 % des accès se font d’ores et déjà par technologie xDSL. 58 % des accès se font par liaisons louées et 29 % sont connectés par RNIS. 3 % du parc de liaisons louées ont un débit supérieur ou égal à 155 Mbps. La montée en débit permet une généralisation de la messagerie et un accès à un plus grand nombre d’applications sur Internet. Equipement des salariés en mobiles et gestion des mobiles Près de 7 salariés sur 100 sont équipés de mobiles. Les différences entre pays et entre secteurs sont relativement faibles, excepté le secteur du transport, 2,5 fois plus équipé. Les entreprises ont mis en place une rationalisation de la gestion des mobiles : - la gestion des mobiles a été centralisée, ce qui permet de mieux analyser les coûts et de disposer de meilleures possibilités de négociation avec les fournisseurs. Cette mesure permet d’économiser jusqu’à 75 %. - Quelques entreprises ont délégué la gestion de leurs mobiles à un prestataire externe. - Enfin, la gestion des communications mobiles et des communications fixes a été unifiée afin de sélectionner des offres de réseau privé virtuel sur toute offre permettant de réduire les coûts des communications mobiles et le coût des communications internes de l’entreprise. Services de données mobiles Plusieurs applications fonctionnent d’ores et déjà en mode SMS. Elles ne représentent toutefois que de faibles volumes. 20 % des grandes entreprises ont des projets certains d’ici un an et 28 % des projets probables. Ces projets concernent l’accès à l’email (80 %) et l’accès à l’intranet (73 %). Certaines entreprises ont testé les nouveaux services au cours du 1er semestre 2002 qui se sont avérés décevants. Les performances des réseaux doivent donc rapidement rassurer les grandes entreprises, sinon les projets risquent d’être reportés ou supprimés. Le recours à l’outsourcing Les entreprises ont de plus en plus recours à l’externalisation de certaines fonctions. Elles peuvent ainsi, pour être concurrentielles, se focaliser sur leur coeur de métier et concentrer leur expertise et leurs ressources sur leur domaine d’intervention. Selon différentes études prévisionnelles, la fonction informatique ou télécommunications globales, incluant les réseaux et les serveurs ainsi qu’une partie des applicatifs, sera une fonction majoritairement externalisée dans l’avenir. Les cas d’outsourcing total sont rares. En revanche, l’outsourcing partiel de certaines fonctions progresse de plus en plus, que ce soit pour les équipements terminaux, le réseau ou les applicatifs, et ce quel que soit le secteur d’activité ou la taille de l’entreprise. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 10/12/2002)