Après avoir acquis un commutateur (voir la revue de presse du 27/03), le groupe Pinault a créé une société baptisée "Rhodium" titulaire, depuis la mi-mars, d'un préfixe à quatre chiffres (le 1630)...

Après avoir acquis un commutateur (voir la revue de presse du 27/03), le groupe Pinault a créé une société baptisée "Rhodium" titulaire, depuis la mi-mars, d'un préfixe à quatre chiffres (le 1630). Ce préfixe attribué par l'ART permet de commercialiser des services de télécommunications longue distance. Il faudra composer le 1630 pour se brancher sur un serveur vocal, puis composer un code d'identification et le numéro de son correspondant. Bien que se refusant à tout commentaire, le groupe négocierait déjà avec divers opérateurs de télécoms disposant d'infrastructures en France, afin de pouvoir acheter des capacités de transport de communications. Non seulement, Pinault cherche à offrir un nouveau service à ses 6 millions environ de clients disposant d'une carte de paiement des diverses enseignes du groupe qui deviendrait une carte de téléphone, mais cherche également à se positionner comme une centrale d'achat de minutes de télécommunications qu'il pourrait ensuite revendre à d'autres distributeurs en leur laissant le soin de commercialiser eux-mêmes des services de téléphonie auprès de leur propre clientèle. Dès cet été, selon certains spécialistes du secteur, Rhodium pourrait lancer un test auprès de certains de ses clients (notamment ceux de la FNAC) dans la région parisienne.

Un tel service a été lancé en janvier par le groupe Auchan avec sa carte Accord, en partenariat avec Belgacom. Ce service sans abonnement a déjà été utilisé par plus de 100 000 personnes qui effectuent environ chaque jour 15 000 appels. Auchan offre également à ses clients, depuis lundi, un porte-clé électronique composant automatiquement le numéro du serveur-vocal et permettant d'identifier l'utilisateur.

Par le biais de sa société de commercialisation d'abonnement au téléphone mobile (200 000 clients), Carrefour dispose déjà d'une certaine expérience dans les télécoms. Le groupe cherche à offrir aux 1,3 millions titulaires de sa carte Pass, un service simple. (Les Echos - 07/05/1998)