2000. Selon l’Institut GfK, 4,6 millions de terminaux ont été vendus en France au premier semestre 2000, soit une progression de 23 % par rapport au premier semestre 1999 (3,57 millions), contre u...

2000. Selon l’Institut GfK, 4,6 millions de terminaux ont été vendus en France au premier semestre 2000, soit une progression de 23 % par rapport au premier semestre 1999 (3,57 millions), contre une progression de 73 % à la même période de l’an passé. Après les fêtes de fin d’année 1999 marquées par la guerre des prix et l’arrivée massive des offres prépayées dans les rayons, la hausse des prix imposée par les opérateurs au premier semestre 2000 a entraîné une baisse des volumes de ventes. Seul le mois de janvier, représentant plus d’1/4 des ventes du 1er semestre 2000, contribue largement à la croissance. Entre décembre 1999 et juin 2000, les prix des offres prépayées ont en effet augmenté de 40 %. 80 % des terminaux sont vendus en packs. Selon GfK, les ventes de téléphones mobiles s’élèveront à 14,5 millions de terminaux en 2000 pour atteindre un taux d’équipement début 2001 de 46 % (41 % à la fin du 1er semestre 2000, 35 % fin 1999). L’offre WAP, constituée au départ uniquement par le Nokia 7110, ne s’est élargie qu’en mai 2000. 10 modèles WAP seulement en juin 2000 contribuent à une part de marché du WAP de 2 % à peine. Malgré le lancement au printemps du Mitsubishi Trium Geo en pack OLA, l’arrivée des Motorola P7369 et T 2288 en pack SFR, puis plus tard des terminaux Siemens C 35 I, M 35 I et S 35 I, le WAP n’a pas encore décollé. Le WAP représente moins de 1 % des ventes de terminaux au premier semestre 2000. la forte multiplication de l’offre (400 modèles présents tous les mois sur le marché), la montée des prix, la concurrence accrue des modèles haut de gamme non WAP et l’offre WAP réduite pour l’instant à deux opérateurs, Bouygues Télécom ne devant lancer son portail qu’en octobre prochain, expliquent, selon GfK, ce peu d’intérêt pour les téléphones mobiles WAP. Selon l’Institut, 600 000 à 700 000 téléphones mobiles WAP seulement seront vendus en 2000. GfK constate que les fêtes de fin d’année contribuent fortement à la hausse des ventes. En effet, 2/3 des ventes annuelles ont eu lieu au second semestre 1999 dont 60 % des ventes sur le seul dernier trimestre 1999. Les offres prépayées ou sans engagement ont représenté 45 % des ventes de téléphones mobiles au 1er semestre 2000. Même si la montée des prix a stoppé leur croissance exponentielle de fin 1999, les packs prépayés figurent en tête des ventes au 1er semestre 2000: sur les 10 modèles les plus vendus, 7 sont des offres prépayées. Selon les estimations de Gfk, les ventes de packs prépayés devraient représenter 55 à 60 % des ventes de terminaux en 2000. 70 % des ventes ont été réalisées au 1er semestre 2000 par les réseaux de distribution indirects, contre 74 % au 1er semestre 1999. Pour leur part, les spécialistes télécoms, avec une forte augmentation de leurs points de vente (1 083 en juin 98, 2 763 en juin 2000) ont réalisé 30 % des ventes de mobiles, contre 24 % au 1er semestre 1999. Les circuits grand public ont subi de plein fouet l’augmentation des prix sur les offres packagées. Alors que 66 % des ventes dans les hypermarchés étaient consacrées en décembre 1999 aux packs prépayés, elles ne représentent plus que 38 % des ventes en volume sur ce segment au 1er semestre 2000, contre 46 % l’an passé. La fin d’année sera sous le signe de l’innovation avec l’arrivée de nouveaux terminaux WAP en offres packagées, le e-commerce, grâce au paiement par CB avec le Sagem MC 936 Mobicarte ou la lecture de fichiers MP3 sur les futurs produits d’Ericsson ou Samsung. La fin d’année étant une période de conquête de part de marché, beaucoup de produits mono bande et entrée de gamme seront présents dans les rayons. En décembre, le prix reste l’élément déterminant pour séduire le consommateur. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 07/09/2000)