HROS, dont le projet pilote fut incubé chez Hootsuite, est une plateforme de partage de bonnes pratiques en matière de ressources humaines.

À l’occasion du LinkedIn Talent Connect, Ambrosia Vertesi, vice-présidente en charge du « talent management » chez Hootsuite, et Lars Schmidt, fondateur d’AmplifyTalent, ont présenté une initiative open source appliquée aux ressources humaines (RH). Un projet qui pourrait bien permettre de répondre aux challenges actuels des services RH. La recherche de solutions pour optimiser les processus dans le domaine des ressources humaines, en effet, ne se fait pas sans friction. Comme le décrit Lars Schmidt lors de la conférence, le moteur de recherche qu’est Google peut certes apporter des réponses et de l’inspiration mais les sources comme les informations sont tellement nombreuses qu’il devient difficile d’en extraire les plus pertinentes. Pourtant le social media et la multiplication des conférences sur les sujets digitaux en tout genre commencent à faire bouger les lignes. #EBchat, par exemple, est une conversation qui se déroule tous les premiers jeudis du mois pendant une heure via Twitter sur le thème de la marque employeur. Les intéressés peuvent y partager leurs idées ainsi que des articles pertinents.

Pourquoi ne pas aller plus loin et concentrer durablement cet échange de bonnes pratiques sur une plateforme ? C’est en tout cas le pari d’HROS. D’abord incubé chez Hootsuite avant d’être récemment ouverte au grand public, HROS propose d’appliquer l’approche open source aux RH dans le but de partager des bonnes pratiques, des outils mais aussi des échecs. Il s’agit d’un site web ayant pour vocation d’éduquer ses pairs et d’apprendre d’eux, de s’inspirer mutuellement en somme.

Difficile d’identifier les conseils pertinents sur la toile

La plateforme met ainsi à disposition de tout intéressé des cas d’études concrets structurés de la sorte : quoi (ce qui a été entrepris), pourquoi, comment, pour quel résultat (chiffres à l’appui), ce qui n’a pas fonctionné et enfin les « key takeways » pour les RH. Pour l’heure, les thèmes traités - rangés par catégories - balayent le thème de la réduction des dépenses en matière de recrutement, de la gestion du rejet de candidatures mais aussi de la marque employeur et la culture d’entreprise. « Chez Hootsuite, nous avions atteint un chiffre significatif : 80 % de nos initiatives étaient entraînées par les employés. Comment faire pour préserver ce pourcentage tout en grossissant de plus en plus ? », raconte Ambrosia Vertesi. C’est également ce à quoi tente de répondre HROS notamment via des cas d’études.

En 5 mois, 8 cas d’études provenant de 4 entreprises dont Oracle, Earls et Dell, ont en effet été publiés sur la plateforme. Le site comporte aussi des instructions sur comment partager soi-même un cas d’étude et s’impliquer dans le partage d’initiatives via le levier «social». Et pour cause, HROS se veut une communauté dont les membres sont invités à partager des initiatives sur les réseaux sociaux (#HROS pour Twitter).  

L’open source combiné au social media, la réponse aux challenges des RH ?

« Nous sommes conscients que notre plateforme ne convient pas à toutes les entreprises. Tout le monde ne sera pas prêt pour ce degré de partage (...) Pourtant, nous sommes certains qu’il y a de la place pour une initiative comme celle-ci, du moins pour ce type de mentalité », reconnaît Lars Schmidt. Et c’est peu dire, selon les propos des concepteurs du projet, la plateforme aurait déjà enregistré 13 000 téléchargements de cas d’études. Il semblerait donc que la plateforme permettrait non seulement de répondre efficacement aux challenges des RH mais qu’elle parviendrait à les engager dans la démarche open source, et ce durablement.

Cette plate-forme s’inscrit directement les problématiques RH actuelles. En effet, selon une étude conduite par Deloitte, les entreprises américaines auraient augmenté leur budget consacré au recrutement de nouveaux talents de 7% en 2014 par rapport à 2013, ramenant le coût moyen du pourvoi d’un poste à 4 000 $. Des dépenses conséquentes mais aussi une logistique complexe.  À cela, il faut ajouter la tension présente sur le marché du travail : la compétition fait rage dans le domaine de l’acquisition de talents, qu’on soit une grande ou une petite entreprise, qu’on évolue dans le domaine technologique ou non. Il n’est ainsi pas rare pour une start-up, par exemple, de devoir multiplier ses effectifs en un laps de temps extrêmement court. « À l’époque nous partagions une table avec le fondateur de Hootsuite », évoque Ambrosia Vertesi. Et depuis 2008, la jeune pousse a bien évolué : aujourd’hui, Hootsuite compte plus de 1 000 employés de par le monde.

 

Rédigé par Pauline Canteneur