Hyphen veut instaurer au sein d’une entreprise une relation de confiance permettant une meilleure communication et, à terme, la co-création et l’open innovation via un RSE.

Hyphen redonne la voix au collaborateur

Comment écouter la voix de ses collaborateurs lorsqu’on dirige une entreprise de plusieurs milliers de personnes ? Et comment faire pour remonter leurs bonnes idées et pratiques au quotidien ? Basée à San Francisco, la start-up Hyphen tente de répondre à ces questions. Elle propose en effet un réseau social d’entreprise qui organise la remontée d’information et l’échange par l’intermédiaire d’une application mobile et des profils anonymes pour favoriser la liberté d’expression.

« Dans les entreprises traditionnelles, la remontée des opinions des collaborateurs se fait souvent au travers de sondages, à un instant t. Ce genre de pratiques pose plusieurs problèmes : la fiabilité des informations remontées et les délais. » explique Arnaud Grunwald, son CEO.

La fiabilité car les sondages d’opinion dans une entreprise peuvent facilement être biaisés : « Les salariés y voient un exercice de plus du management. Ils ne sont pas totalement sûrs de l’anonymat de leurs recommandations et ne sont pas certains de la manière dont leurs suggestions seront exploitées. Et comme ils se sentent déconnectés des décisions qui seront prises, ils s’engagent faiblement dans leurs réponses ». En ce qui concerne les délais, le temps d’exécution est tellement lent entre la collecte et l’analyse des résultats, et la mise en œuvre, qu’il rend toute proposition pratique (et contextuelle) obsolète.

 

Il existe toutefois des solutions similaires à Hyphen : Google et Salesforce ont leur propre système de remontée des informations des collaborateurs : Google Moderator, surnommée Dory en interne et la plateforme de chat, « Airing of Grievances ». « Mais ce qu’il manquait dans ce paysage compétitif, c’était une solution du niveau de celle de Google ou Salesforce, mais sur étagère. C’est-à-dire une application capable d’être utilisée par n’importe quelle entreprise. » continue Arnaud Grunwald.

L’autre élément différenciant se situe dans la modération. Celle-ci se fait par les pairs : « L’expérience a montré que Hyphen est vraiment utilisé pour construire et créer de la valeur, plutôt que détruire, parce que chaque proposition poussée sur la plateforme est soumise à la communauté. » Et complément, l’équipe a défini une liste de mots interdits : « c’est donc une modération avec intermédiaire, qui passe par nos algorithmes. Nous avons en effet la capacité de mettre des drapeaux rouges sur des comportements agressifs et d’envoyer des alarmes. En pratique, c’est extrêmement rare

Rédigé par Pierre Pariente
Strategic Analyst chez L'Atelier BNP Paribas