Le marché de l’informatique indien ne cesse de croître. Dans ce milieu, les Google, Microsoft, IBM et Amazon se livrent un combat acharné grâce à une nouvelle arme : les cloud credits.

Inde : des services cloud pour attirer le marché des startups

Apparus en 2013, ces crédits d’un nouveau genre sont en fait des échanges de services informatiques. Mesuré en dollar, cela peut correspondre à une analyse de données, à un espace de stockage sur un cloud, un service de maintenance, la création d’une application mobile, etc. Ce sont les géants de l’informatique qui les fournissent via des plateformes comme Azure pour Microsoft, Amazon Web Service ou Google Cloud Plateform. Un système très en vogue en Inde où les entreprises informatiques se comptent par légions. Gartner prévoit d’ailleurs une croissance spectaculaire de 32 % pour le cloud computing sur le continent indien. De nouveaux enjeux naissent donc à mesure que le marché se développe et les géants de l’informatique se livre une bataille pour attirer les startups via ce genre d’offres dans leurs filets.

Un leadership croissant

Dans ce nouveau débouché en pleine expansion, Amazon possède une large avance vis à vis de ses concurrents. L’étude de l’institut de recherche et de conseil dévoile que son marché de cloud computing en Inde est cinq fois plus élevé que celui de tous les autres géants de l’informatique réunis. Par ailleurs, sa position de leader reste difficile à contester si l’on considère le coût élevé et la difficulté que représente pour une entreprise le changement de fournisseur de cloud services. De plus, l’étude rappelle que son importance lui permet d’exercer des prix peu élevés qui attirent dans un marché indien sensible aux bas coûts. C’est principalement pour cette raison que Gartner croit peu à un changement de conjecture. De telles analyses ne découragent cependant pas les autres fournisseurs de cloud service. Tous se lancent dans la course.

Les géants à l’assaut d’Amazon

Google vient ainsi de lancer un programme proposant de financer jusqu’à 100 000 $ de cloud credits pour les startups avec une assistance 24h sur 24, 7 jours sur 7. Un argument qui a su séduire de nombreuses entreprises indiennes malgré le leadership d’Amazon. The Economic Times rapporte ainsi les propos d’Arjun Zacharia, un entrepreneur indien : “J’ai souscrit à Google Cloud credits le jour même de son annonce. Ce sera un gros boost pour notre entreprise”. De son côté, Microsoft propose des financements jusqu’à 60 000 $ de cloud credits pour des entreprises créatrices de logiciels informatiques. Et IBM via son Catalyst program on Softlayer se propose de faire la même chose. À l’heure où les firmes transnationales se tournent de plus en plus vers l’eldorado indien, les startups tentent de se faire une place sur un marché indien de plus en plus attractif. Les cloud credits ne sont qu’un exemple des gros enjeux à venir du côté de l’Inde.

Rédigé par Guillaume Scifo