Les mesures dans le domaine de l'innovation sont essentiellement centrées sur les résultats financiers. Or, des indicateurs plus conceptuels permettraient aux entreprises d'améliorer leur efficacité.

L'innovation dépendant principalement de paramètres non physiques telles que la créativité ou la prise de risque, pourquoi ses méthodes d'évaluation devraient ne comprendre que l'aspect financier ? C'est en partant de ce postulat que Detecon International, société de conseil en gestion des TIC, a choisi de présenter un modèle alternatif d’évaluation des performances appliqué à l’innovation. Celui-ci est ainsi réalisable grâce à différents indicateurs, à savoir la stratégie d’innovation, la gestion du projet mais aussi les idées et les connaissances sur le sujet. Une approche donc bien différente des habituels indicateurs chiffrés de mesure de performance, centrés sur les résultats financiers.

Un outil de mesure à six niveaux

Le modèle proposé par Detecon International définit six niveaux de mesure permettant de couvrir l’ensemble du processus d’innovation. Ainsi, la mesure de la performance commence tout d’abord au niveau du projet en lui-même, puis s'attarde sur le programme dans lequel sont rassemblés les différents projets d’innovation, au niveau du portefeuille d’innovation, de l’entreprise, du secteur industriel pour finalement atteindre le niveau national et économique. Ce modèle n’est pas figé mais reste un point de départ pour les entreprises souhaitant mesurer leur performance de l’innovation. Et à chacune de ces étapes du processus d'innovation, Detecon propose d'établir un diagnostique faiblesses, les objectifs clairs et le pilotage, matérialisant les objectifs grâce à des actions concrètes.

Indicateurs chiffrés vs. Indicateurs conceptuels

Toutefois, les approches classiques et conceptuelles semblent pour l'instant non pas s'équilibrer, mais s'opposer. Detecon rappelle donc que ces nouveaux indicateurs pourraient être utiles aux entreprises à la fois pour leur réorganisation, pour les évaluations personnelles des salariés, mais aussi pour leur permettre d’apprendre de façon continue et à terme de voir leur efficacité croître. Cependant, l’efficacité du modèle reste à nuancer car cette méthode possède encore quelques lacunes. Il faudra alors être vigilant lors de la sélection des indicateurs à équilibrer la tension entre la volonté d’instaurer de nouvelles mesures et le coût qu’elles engendreront par la suite mais aussi veiller à la mise en place de normes dans le système de mesure, pour être sur de son efficacité.