Une équipe de chercheurs de l’Université de Washington en collaboration avec Microsoft et Google vient de mettre au point un sonar permettant d’interagir avec un appareil mobile du bout de l’index, sur une table ou bien dans l’air.

Interagir avec un smart device en écrivant dans l’air sera bientôt possible

On avait déjà vu Myo, un brassard à poser sur l’avant-bras qui, en décelant les mouvements des muscles, pouvait transmettre toute une série d’actions à un smartphone ou à un ordinateur. D’autres, comme la Xbox Kinect de Microsoft, utilisaient une caméra comme détecteur de mouvements. Mais avec FingerIO, l’utilisateur n’a besoin que de son doigt et de l’application éponyme pour interagir avec son appareil connecté.

Développé en partie par Desney Tan, un ingénieur de Microsoft Research et financé, entre autres, par Google, FingerIO a de beaux jours devant lui. Le système fonctionne grâce à un sonar très précis capable de détecter la position des doigts dans l’espace, même à quelques dizaines de centimètres de l’appareil, celui-ci pouvant être caché dans une poche ou sous des vêtements. Le haut-parleur est utilisé pour émettre un son inaudible pour l’oreille humaine et les ondes se répercutent sur la main. Les échos sont ensuite captés par un micro afin que l’application calcule le geste émis par l’utilisateur.

Augmenter le volume de sa musique, scroller un menu et écrire un mail sans même toucher l’écran de sa tablette mais en tapotant sur une table, en effleurant une feuille de papier ou en écrivant simplement dans l’air pourrait bientôt devenir possible. L’avantage de ce système étant de pouvoir utiliser facilement toutes les fonctionnalités des appareils, comme les smartwatches, dont les écrans deviennent de plus en plus petits.

Rédigé par Anna Bochu
Journaliste