En Allemagne et en Angleterre, l'ordiphone est de plus en plus employé comme un outil d'achat supplémentaire. Une tendance que les marques doivent associer à leurs stratégies.

Les jeunes Européens intègrent le smartphone pour effectuer leurs achats

Les jeunes Allemands et Anglais de 18 à 30 ans intègrent de plus en plus Internet et les smartphones dans leurs processus d'achats. Pour arriver à cette conclusion, Mastercard a, au cours du mois d'août 2011, interrogé plus de 1200 jeunes vivants dans ces pays, à propos de leurs habitudes d'achat. L'étude en question s'est concentrée sur les acquisitions effectuées dans deux types de boutiques, à savoir les épiceries et les magasins de vêtements. Les chercheurs sont en effet partis du principe qu'il s'agissait des deux types de commerce les plus fréquentés par cette classe d'âge. Et les résultats parlent d'eux-mêmes : dans le cas des achats du quotidien, ils sont 30 % en Angleterre à passer par Internet. Et même si ce pourcentage chute à 15% en Allemagne, il atteint 20% dans le cas des achats de vêtements (28% en Angleterre).

Les smartphones, des outils plébiscités lors des achats sur place

Un autre détail intéressant soulevé par l'étude est la tendance de ces jeunes à recourir à l'Internet mobile durant les achats effectués dans les commerces. Que ce soit pour comparer les prix, faire des listes de course, ou rechercher des promotions, ils sont de plus en plus nombreux à employer les outils disponibles sur ces plates-formes. Un grand nombre d'entre eux serait même demandeurs d'informations supplémentaires quant aux produits acquis. Et, si pour ce dernier type d'opération, les jeunes allemands privilégient le mail, la préférence des anglais va pour l'interaction au sein même du site du vendeur. 

L'Internet mobile: un défi tant qu'une opportunité

En résumé, il apparaît que l'usage du smartphone et d’Internet dans le processus d'achat se généralise chez les jeunes. Dans le même temps, cet usage diverge fortement en fonction du pays concerné. Ce qui amène Joeri Van den Bergh, auteur de la recherche, à la conclusion suivante: "En comprenant les préférences et les usages mobiles de cette classe d'âge, les commerçants peuvent parvenir à toucher plus efficacement ces derniers", explique t-il. "Plus que tout, ils peuvent par ce biais créer un fort sentiment d'affection pour leurs marques, à condition d'adopter une stratégie cohérente".