Dans le cadre de la généralisation du haut débit mobile, la consultation publique lancée par l'Arcep vise à déterminer comment mieux utiliser les fréquences hertziennes libérées par le passage à la TV numérique...

Dans le cadre de la généralisation du haut débit mobile, la consultation publique lancée par l'Arcep vise à déterminer comment mieux utiliser les fréquences hertziennes libérées par le passage à la TV numérique.
 
L'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) ouvre une consultation publique à propos du "dividende numérique" visant à redéfinir le partage des fréquences hertziennes qui seront libérées lors du passage de la télévision analogique à la télévision numérique d'ici novembre 2011.
La consultation lancée par l'Arcep vise ainsi à esquisser les nouvelles utilisations de ce spectre hertzien face à la montée en puissance et à la généralisation du haut débit mobile.
 
Les fréquences hertziennes: une ressource rare
 
Cette redéfinition des fréquences libérées grâce à l'usage de la télévision numérique est primordiale : la ressource hertzienne est déjà massivement utilisée et devient une ressource rare. En outre, le rapport de la Commission sur l'économie de l'immatériel a rappelé que les revenus générés par l'utilisation du spectre hertzien sont estimés, en Europe, à plus de 200 milliards d'euros par an, ce qui correspond à près de 2% du PIB européen. D'où le besoin de réorganiser les fréquences hertziennes pour prendre en compte les nouveaux services liés au haut débit mobile et ne pas en limiter le développement.
 
Vers une meilleure pénétration de l'Internet haut débit mobile
 
Le "dividende numérique" devrait revenir, en grande partie, aux chaînes liées à la télévision numérique (TNT, TV haute définition, TV sur mobile), mais l'Arcep estime qu'une partie des fréquences libérées devraient être allouée aux opérateurs télécoms.
 
L'allocation de fréquences basses (moins de 1GHz) aux opérateurs pourrait ainsi permettre de mieux couvrir des zones rurales - grâce à l'utilisation de relais en moins grande quantité - et d'offrir une pénétration plus importante à l'intérieur des bâtiments.
 
La consultation publique initiée par l'Arcep est ouverte jusqu'au 26 septembre.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 17/07/2007)