Cegetel depuis le début du mois d’octobre ne manque pas de critiquer l’architecture du nouveau catalogue défendu par France Télécom. Hier, lors du colloque de l’Idate, Jean-Marie Messier, son présid...

Cegetel depuis le début du mois d’octobre ne manque pas de critiquer l’architecture du nouveau catalogue défendu par France Télécom. Hier, lors du colloque de l’Idate, Jean-Marie Messier, son président, n’a pas manqué de rappeler que certaines propositions faites à l’ART contiennent “des distorsions inacceptables pour la concurrence en France”. Tous les concurrents de France Télécom ont noté que l’opérateur souhaitait introduire cette année une nouveauté: une taxe forfaitaire à l’appel. Selon eux, cette taxation imposée pour chaque appel aboutissant (4,08 centimes en heure pleine, 2,63 centimes en heure creuse) s’additionnant à une redevance à la durée, revient à renchérir le coût des communications les plus courtes (inférieures à 3 minutes) et à abaisser celui des communications plus longues. Devant justement se développer surtout sur les segments de marchés sur lesquels les appels courts sont majoritaires, les nouveaux entrants jugent cette situation totalement inacceptable. L’ART ayant reconnu hier que leurs récriminations étaient fondées dans l’état actuel des propositions de France Télécom, les concurrents de l’opérateur historique ont marqué un premier point. Le président de l’ART, Jean-Michel Hubert, a demandé à France Télécom de revoir son catalogue “le catalogue d’interconnexion de France Télécom pour 1999 doit afficher une baisse réelle. Ce n’est pas le cas aujourd’hui”. En vue d’une décision “équitable” pour l’ensemble des opérateurs avant la fin de l’année, l’ART souhaite obtenir de France Télécom une nouvelle proposition. Prévue pour début décembre, la publication du catalogue aurait d’ores et déjà été reculée d’au moins quinze jours. (Les Echos Le Figaro La Tribune 20/11/1998)