La soirée Paris ACM Siggraph, dont L'Atelier BNP Paribas est partenaire, se tient ce mercredi 8 juin dans nos locaux. L'occasion de revenir sur ce que le mobile a changé dans nos usages quotidiens et surtout ce qui va changer encore.

L'avenir du mobile est déjà ancré dans la réalité virtuelle

En 2008, Mary Meeker, VC très connue dans la Valley, l'annonçait : d’ici à 2014, l’accès à internet passerait par les mobiles et non plus par les desktop. En effet, pour elle, les signes ne trompaient pas. Si dès 2007, 9% des utilisateurs mobiles accédaient à la 3G, c'est surtout la sortie de l'iPhone 3G en 2008 qui se voulait annonciateur d'une nouvelle ère. Même si à l'époque, on ne s'imaginait pas nécessairement que ce dernier coûterait la vie au Palm Treo et ensuite au Blackberry, l'approche était visionnaire. Effectivement, une étude américaine de ComScore révèle qu'en 2014 sur les 5,3 heures de consommation d’internet par jour, un Américain utilise son mobile pendant 2,6 heures contre 2,4 heures pour son desktop.

La soirée Paris ACM Siggraph se tiendra ce mercredi 8 juin. Vous pouvez vous y inscrire!

Un présent marqué par l'avènement des applications

Aujourd’hui, cette proportion a d'ailleurs atteint les 60% sous la pression des millenials et l’utilisation d’internet sur mobile a bondi de 50% en 1 an. Un chiffre assez incroyable qui montre bien que la « disruption » du mobile dans nos vies est plus importante et surtout plus rapide que ce que nos avons connu avec l’arrivée du desktop ou même d’internet. Mais au delà des chiffres, ce sont les usages qu’il faut regarder. Le premier grand changement avait déjà été perçu par Chris Anderson, le monsieur prospective de Wired. Il écrivait en 2010 que le web tel que nous le connaissions était mort. Dans son article « The Web Is Dead. Long Live the Internet », il expliquait en effet que les applications allait enterrer le web sous la forme des pages « html » que nous connaissions.

"The Dawn of Mobile VR", keynote de John Carmack, directeur technique d'Oculus VR

Alors, vrai ou faux ? Si le premier réflexe de certain le matin est de regarder ses emails, cela se fait depuis une application et non pas en allant chercher la page de leur messagerie online sur un portail. Et ainsi de suite sur toute la journée. Toujours selon ComScore, 86% du temps passé sur mobile est consommé via des applications aux Etats-Unis. Si l'on ajoute à cela une TV connectée avec son app store dédié et des consoles de jeux vidéo sur le même principe, un avenir intéressant pour les développeurs d'applications peut dès lors se dessiner. On pourrait même élargir à la vidéo dont la moitié est consommée sur mobile aujourd’hui ou aux réseaux sociaux qui représentent toujours la première activité sur mobile en Europe et aux USA.

Un futur qui se tournera vers la réalité virtuelle

Quel serait alors le « next big thing » ? Très certainement la réalité virtuelle. Si on la connait sur grand écran ou encore sur console ou PC avec de casques de type HTC Vive ou Oculus Rift, la vidéo en réalité virtuelle à 360° sur mobile ou équivalent (YouTube, Facebook, Google Cardboard …) va sans doute apporter encore un changement majeur sur le mobile. Car ce sont bien les éditeurs de smartphones qui montrent le chemin, à l'instar de Samsung et de son offre d'un casque Gear VR offert pour la commande d'un Galaxy S7. Mais également les startups avec entre 5 000 et 10 000 spécialisées dans la réalité virtuelle. Donc non seulement on peut prédire que la réalité virtuelle va devenir mainstream mais elle va orienter les futurs contenus que nous allons consommer sur mobile.

Retrouvez la chronique de Guillaume Degroisse, Directeur Marketing & contenu de L'Atelier BNP Paribas, dans L'Atelier Numérique !

 

Rédigé par Guillaume DEGROISSE
Directeur marketing & contenus