En 2032, les technologies de l'information et de la communication auront investi les produits et services proposés à la consommation. Une opportunité financière qui attirera de nouveaux acteurs industriels.

L'avenir passe par les TIC quelque soit le secteur industriel

Les technologies de l'information et de la communication seront intégrées à presque tous les produits d'ici... 2032. C'est la date fixée par Detecon International pour imaginer à quoi ressemblera le monde dans un futur un peu plus lointain que celui envisagé par la plupart des instituts de recherche habituellement. Selon les analystes, cela ne fait aucun doute : le secteur high-tech représentera à ce moment là la colonne vertébrale de l'économie et de l'industrie. Et ce, quelque soit les domaines. Les transports, l'énergie, l'habitat, le secteur médical ou encore les produits du quotidien changeront radicalement. Les auteurs de l'étude précisent toutefois que cela se fera de façon hétérogène, selon les zones géographiques.

De nouveaux acteurs sur le marché des télécommunications

Les spécialistes estiment ainsi qu'une forte demande en terme d'innovation devrait se faire ressentir du côté de l'Asie tandis que la production technologique trouvera ses marques vers l'Est. Parallèlement à cette accélération du développement de l'industrie des TIC, deux bouleversements majeurs modifieront en profondeur le paysage du secteur des télécommunications en 2032. La première : "la désintégration verticale de l'industrie des télécommunications, particulièrement dans les systèmes d'infrastructures et le développement de services", expliquent les spécialistes. En d'autres termes, "les  entreprises seront en compétition avec des acteurs non traditionnels", peut-on lire dans l'étude.

Services dans les nuages et infrastructures au premier plan

Des adversaires spécialisés "dans différentes parties de la chaîne de production des télécommunications", et qui leur imposeront de reconsidérer leur propre business. La seconde : "l'intégration horizontale de nouvelles valeurs industrielles". Pour ce faire, les services proposés par les opérateurs vont tendre vers ceux d'autres industries. Ce qui devrait d'un côté attirer d'autres clients mais aussi imposer aux entreprises de travailler avec des fournisseurs partenaires, habituellement non sollicités. Et les analystes de conclure : "l'avenir appartient aux sociétés technologiques qui auront choisi une intégration horizontale tournée vers le développement de services dans les nuages et de leurs infrastructures".