A partir d’aujourd’hui, le marché est totalement libéralisé. Dans les prochains jours, une vingtaine de nouveaux opérateurs seront autorisés à s’installer par la Commission nationale des télécommun...

A partir d’aujourd’hui, le marché est totalement libéralisé. Dans les prochains jours, une vingtaine de nouveaux opérateurs seront autorisés à s’installer par la Commission nationale des télécommunications (CNT). Détenu à 69 % par France Télécom, à 30 % par Editel et 1 % par Cableuropa, Uni2 commence aujourd’hui à opérer dans tout le pays, via le préfixe 052, sur le segment de la longue distance (national, international) et d’une manière indirecte, via le réseau de Telefonica. Ayant prévu d’investir en dix ans 8,2 milliards de F, Uni2 se donne également dix ans pour détenir une part de marché de 7,5 % et réaliser un chiffre d’affaires en 2008 de 6 milliards de F “nous avons déjà 16 000 demandes d’abonnement”. Sa stratégie commerciale est très agressive. Alors que Telefonica et Retevision font payer 20 pesetas (0,80 centime), l’établissement de la communication sera gratuit. Uni2 propose en outre un système de tarifs très simple. Ses tarifs sont, suivant les jours et les heures des appels, entre 15 et 50 % inférieurs à ceux de Telefonica et de Retevision. D’ici à 2002, les tarifs téléphoniques espagnols devraient, selon les experts, baisser de plus de 70 %. Dans ces conditions, le secteur progressera annuellement de 5 à 10 % et le marché pourrait atteindre les 130 milliards de F dans cinq ans. Vers le milieu de l’an prochain, Uni2 offrira un service direct dans une vingtaine de grandes villes. En trois ans, son réseau sera installé dans toutes les villes de plus de 100 000 habitants. La majorité des 23 nouvelles licences sollicitées à la CNT sont du type B et C portant sur l’installation de nouveaux réseaux. Parmi ce groupe d’opérateurs dont les services s’adresseront surtout aux grandes, moyennes et petites entreprises, figurent BT, Airtel, RSL, Jazz Telecom, Colt telecom, etc. (Les Echos 1er/12/1998)