Le Service des études et des statistiques industrielles (SESSI) de la Direction générale de l’Industrie, des Technologies de l’Information et des Postes a réalisé des fiches sectorielles ...

Le Service des études et des statistiques industrielles (SESSI) de la Direction générale de l’Industrie, des Technologies de l’Information et des Postes a réalisé des fiches sectorielles sur l’industrie des télécommunications, de la connectique et des appareils de mesure et de contrôle (entreprises de 20 personnes et plus). Industrie des télécommunications. Après une forte croissance enregistrée au cours de la dernière décennie, cette industrie traverse aujourd’hui une crise mondiale. Faillite des petits opérateurs, endettement des grands opérateurs, arrivée à maturité du marché des mobiles, retards dans l’UMTS ... sont autant d’éléments qui ont fait chuter la demande. Les équipementiers se réorientent vers les métiers de R&D et le marketing. Ils cèdent des activités ou signent des accords de sous-traitance. La contribution de cette industrie à la balance commerciale de la France reste élevée : 2,3 milliards d’euros en 2001, après un sommet de 5,2 milliards en 2000. Les exportations ont enregistré une croissance annuelle moyenne de 19 % entre 1993 et 2001. Compétitive, l’industrie française des télécommunications gagne des parts de marché. Toutefois, près de 74 % des exportations et 55 % des importations françaises sont encore intracommunataires. Les grands équipementiers vont se recentrer, à l’avenir, sur les technologies les plus pointues et conserveront le contrôle de la fiabilité des grands systèmes afin de sauvegarder leur image de marque. En 2001, 215 entreprises, de 20 salariés et plus, ont employé 69 367 salariés. Ces sociétés ont réalisé au total un chiffre d’affaires HT de 18 963 millions d’euros. Industrie de la connectique Ce secteur comprend les fabricants de câbles transporteurs d’énergie ainsi que les fabricants de câbles de télécommunications ou transporteurs de données, en cuivre ou à fibres optiques. Ce deuxième domaine bénéficie de l’essor des NTIC. 2001 a été une année de rupture. Bien que les performances des entreprises restent acceptables, grâce à une bonne tenue de l’activité au 1er semestre, la fin de l’année a été difficile. Les difficultés de ce secteur sont exacerbées par une surcapacité poussant aux délocalisations vers l’Asie et l’Europe de l’Est. 9 entreprises de plus de 250 salariés de ce secteur réalisent 85 % du chiffre d’affaies. Les petites entreprises sont davantage positionnées sur des activités annexes ou de sous-traitance. En 2001, 55 entreprises du secteur, de 20 personnes et plus, ont employé 15 979 salariés et généré un chiffre d’affaires total HT de 3 480 millions d’euros. Les appareils de mesure et de contrôle Selon le Syndicat de l’Instrumentation de mesure, du test, de l’énergie et des communications (SIMTEC), en 2001 le domaine de l’instrumentation radiofréquences a chuté de 73 %, celui du test de 48 % et celui de l’instrumentation logique de 51 %, après une excellente année 2000. Les instruments de mesure couvrent les domaines de l’industrie et de l’environnement. La convergence des technologies entre les appareils qualifiés « d’électriques » et ceux qualifiés « d’électronique » se poursuit. Elle assure de nouvelles fonctionnalités aux produits traditionnels. Le matériel devient très intégré notamment dans le domaine des capteurs et des actionneurs, ainsi que dans celui du test et dans tout le matériel de laboratoire. Le domaine des équipements d’aide à la navigation connaît d’importantes mutations technologiques. L’électronique de défense et de sécurité représente plus de 40 % du chiffre d’affaires du secteur. En 2001, 531 sociétés de ce secteur, de 20 personnes et plus, ont employé 65 538 salariés et généré un chiffre d’affaires total HT de 11 996 millions d’euros. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 17/09/2002)