partenaire américain MCI. Prévue depuis novembre 1996, BT a confirmé hier que l'opération de fusion entre BT et MCI aura bien lieu, mettant ainsi fin aux doutes et aux spéculations. Afin de réduire ...

partenaire américain MCI. Prévue depuis novembre 1996, BT a confirmé hier que l'opération de fusion entre BT et MCI aura bien lieu, mettant ainsi fin aux doutes et aux spéculations. Afin de réduire la facture de l'opération qui devait s'élever à 120 milliards de F, BT a remporté la véritable partie de bras de fer qu'elle avait engagé avec MCI. Les nouveaux termes de l'alliance devraient permettre à BT de prendre le contrôle de MCI pour un prix inférieur de 15 à 20 %. Certains analystes estiment même le rabais obtenu par BT à 22 %. Selon les deux groupes, les nouveaux termes financiers de cette importante fusion "reflètent les changements du marché". Alors que Iain Vallance, président de BT déclarait que cette révision s'était effectuée "de la meilleure façon à la suite des évolutions de l'environnement américain", Bert Roberts, président de MCI estimait que "les mérites de la fusion BT-MCI restent évidents ..... Si l'on examine les scénarios alternatifs, poursuivre la fusion sur de nouveaux termes était le meilleur choix". Déjà acceptée par les autorités de concurrence européennes, l'opération a reçu jeudi le feu vert de la Commission fédérale des communications (FCC). Les nouveaux termes de la fusion doivent encore être soumis à l'approbation des assemblées générales des actionnaires des deux groupes qui doivent se tenir début décembre au plus tard. Ainsi Concert, la nouvelle société créée par la fusion de BT et MCI, attendue pour la fin de l'année, devrait bien être lancée fin 1997. Avec une présence dans 72 pays à travers le monde, cette nouvelle entité devrait revendiquer 43 millions de clients environ sur un marché mondial estimé à 670 milliards de dollars en croissance de 10 % par an. Concert sera en fait le quatrième opérateur mondial derrière NTT, ATT et Deutsche Telekom. (Le Figaro - 23/24/08 - La Tribune - Les Echos - 25/08/1997)