Les professionnels de l'informatique apparaissent grandement sous-estimer l'utilisation réelle des applications de Cloud dans l'écosystème de travail.

L'utilisation du Cloud échappe même aux services informatiques

Si le Cloud est largement entré dans le lexique de travail des entreprises, son utilisation déborde largement le cadre des seuls services informatiques. Une étude réalisée entre Octobre et Décembre 2013 par Netskope sur l'utilisation des applications de Cloud dans les entreprises américaines a ainsi montré que les professionnels des services informatiques sous-estimaient en moyenne de 90% la présence du Cloud dans les habitudes de travail de leur entreprise. Or, si cette sous-estimation montre bien que la pénétration des applications de Cloud, notamment grâce à leur simplicité d'utilisation, s'est faite massivement au sein des différents services, celle-ci pose aussi de nouveaux problèmes de sécurisation des données. En effet, si les secteurs informatiques ne sont pas conscients de diverses déclinaisons du Cloud dans leur entreprise, il devient particulièrement difficile d'intégrer des protocoles de sécurité efficients.

Une sous-estimation problématique

L'étude de Netskope met ainsi en lumière une réelle inadéquation entre le ressenti des secteurs informatiques et la réalité du Cloud en entreprise. De fait, les professionnels interrogés par les rédacteurs de l'étude pensent ainsi en moyenne n'utiliser qu'entre 40 et 50 applications de Cloud dans les différents secteurs de la société. Ce chiffre atteint en réalité près de 400 en moyenne, selon les résultats avancés par le rapport. Si les applications de stockage comme Google Drive et Dropbox sont parmi les plus utilisées, c'est cependant Twitter qui tient la première place du classement dressé par Netskope. Plus étonnant encore est la place prise par le secteur des ressources humaines. Ainsi, si le secteur du marketing utilise en moyenne 51 applications selon les entreprises, les ressources humaines apparaissent juste derrière avec plus de 35 applications différentes utilisées dans les processus de travail. Or, ces applications, et ce pour 77% d'entre elles en moyenne, ne sont pas encore prêtes, au niveau de la sécurisation des données, pour une utilisation en entreprise.

Une sécurisation incomplète

A la différence des outils informatiques précédents, mis en place volontairement par les secteurs informatiques, il apparaît que l'utilisation des applications Cloud se couple avec une déformalisation des pratiques numériques dans l'entreprise. Si la maturité numérique de l'employé facilite l'implantation d'outils digitaux, cette utilisation d'application non testées et approuvées par les secteurs informatiques peut s'avérer extrêmement vulnérabilisante pour l'entreprise. 90% des entreprises interrogées admettent ainsi observer une perte nette de contrôle sur les contenus les plus sensibles partagées dans les applications de Cloud. De fait, cette transition dans le rapport aux outils numériques appelle aussi à un replacement des secteurs informatiques, non plus seulement compartimentés au support mais bien à une approche proactive dans le suivi des réalités de travail.

Rédigé par Quentin Capelle
Journaliste