Les responsables du système d'information sont de nouveau placés au coeur des compagnies qui se digitalisent. Si l'on cherche à déterminer les tendances qui vont bouleverser l'entreprise, il ne faut donc pas faire l'impasse sur ce métier.

"Le DSI devient un catalyseur post-digital" 

Deloitte a présenté mercredi dernier le rapport "Tech Trends", qui examine l'évolution des technologies au service de l'entreprise. L'Atelier s'était déjà fait l'écho de cette étude qui sélectionne les dix tendances susceptibles d'avoir un impact sur les entreprises dans les deux prochaines années. Focus sur certaines de ces tendances avec trois experts de Deloitte :  Eric Delgove, associé conseil responsable Technology Advisory, Sébastien Ropartz, associé conseil Technology Advisory et Marc Ayadi, responsable IT Advisory, Entreprise Risk Services. 

L'Atelier : Deloitte a dénombré 10 grandes tendances qui auront vraisemblablement un impact sur les entreprises. Parmi elles, la fonction de directeur des systèmes d'information (DSI) qui est amenée à se développer. 

Sébastien Ropartz : C'est un bouleversement profond du métier de DSI. Auparavant, celui-ci était un peu à l'écart mais désormais, il doit prendre les rênes de cette innovation et conduire la révolution numérique. Le DSI devient un catalyseur post-digital. Il doit être connecté avec l'ensemble des fonctions de l'entreprise. Il doit être dans l'accompagnement de l'innovation, être une force de proposition pour ses collaborateurs. S'il parvient à saisir le potentiel offert par l'innovation numérique, le DSI changera la nature de sa relation avec les métiers. Il apportera des opportunités de croissance et il valorisera l'impact des solutions numériques sur les métiers plutôt que d'avoir une approche par les contraintes techniques. Voir grand, démarrer modestement, réagir rapidement, s'adapter correctement sont les mots d'ordre du nouveau rôle que le DSI doit trouver.

L'étude va même jusqu'à considérer la direction des systèmes d'information comme une véritable entreprise.

Sébastien Ropartz : Une des problématiques émergentes de la DSI est de se doter des ressources humaines adaptées aux nouveaux enjeux de l'ère digitale. La mue digitale de la DSI s'opère avant tout par l'acquisition et la fidélisation de compétences clés. Des compétences pointues sur les technologies digitales bien sûr mais également des compétences plus généralistes de profils managériaux, capables d'impulser une nouvelle manière de travailler et d'être à l'écoute des métiers. Il faut positionner l'informatique en tant que partenaire à part entière, acteur et bénéficiaire du changement au sein de l'entreprise post-numérique. 

Il ne faut plus penser "mobile d'abord" mais "mobile tout court". Qu'est-ce-que cela signifie ? 

Eric Delgove : La mobilité est partout, c'est une évidence. 80% des entreprises européennes placent la mobilité dans le top 10 de leurs priorités stratégiques d'après notre enquête. Tablettes, smartphones sont désormais intégrés dans notre quotidien. Ils permettent notamment de développer la réalité augmentée et offrent de nouvelles possibilités d'échanges d'information et d'action. La multiplication des terminaux nouvelle génération et le cloud computing est porteuse de nouveaux modes de fonctionnements. 

Côté sécurité, cette hyper-mobilité est ce que vous appelez le cauchemar" de l'IT.

Marc Ayadi : Je me souviens de cette phrase qui résume parfaitement la situation : "On n'empêche jamais quelqu'un de déterminé à rentrer." Personne n'est à l'abri du piratage, seulement il y a une absence de prise de conscience chez certaines directions générales. Il faut pourtant en moyenne 3 à 6 mois pour qu'une cyber-attaque soit réglée. Il ne faut en aucun cas prendre la cybercriminalité à la légère ! Les hackers sont mieux organisés et utilisent des moyens sophistiqués. 94% des cyber-attaques ne sont pas rendues publiques, or elles représentent un transfert de richesse considérable. Il faut mettre en place des plans pour réagir à ces cyber-attaques, prendre des mesures et faire face. Deloitte France a donc décidé cette année de se doter de DLab, une plateforme de sécurité informatique dont l'objectif est de proposer aux entreprises des solutions adaptées. 

Tendance réjouissante, celle de la gamification en entreprise. Comment expliquez-vous l'essor de cette pratique ? 

Eric Delgove : Savez-vous que l'âge moyen des utilisateurs de jeux vidéos est de 49 ans ? Et que 42% des utilisateurs sont en fait des utilisatrices ? Lorsque l'on sait ça, je crois que la gamification prend tout son sens. Il faut capter l'attention des collaborateurs, stimuler leur engagement en plaçant le jeu dans l'environnement professionnel. Elle doit aussi être mise en place pour favoriser l'engagement des clients et des fournisseurs. Ce n'est pas une démarche nouvelle, c'est vrai, mais elle reste dans le top 10 des tendances 2013. 

Rédigé par Marion Auvray