Internet». Selon une étude réalisée par l’Institut Opinion-Way pour HighDeal, en France, au Royaume-Uni, en Suède et aux Etats-Unis auprès de 1 127 décideurs télécoms, informatique et Internet, 58...

Internet». Selon une étude réalisée par l’Institut Opinion-Way pour HighDeal, en France, au Royaume-Uni, en Suède et aux Etats-Unis auprès de 1 127 décideurs télécoms, informatique et Internet, 58 % des décideurs interrogés (74 % des décideurs français) considèrent l’élaboration de la politique de tarification comme un enjeu majeur pour l’entreprise . 54 % d’entre eux perçoivent cette étape comme un exercice difficile. Les fournisseurs de contenu en streaming et en audio/vidéo, les éditeurs, distributeurs et syndicats de contenu et les opérateurs télécoms jugent cette opération particulièrement délicate. Dans 60 % des entreprises, le président, vice-président, directeur général ou dirigeant prend les décisions stratégiques en matière de politique de tarification. Dans 43 % des cas en France, le directeur commercial, directeur marketing ou directeur de la communication est davantage responsable de la modélisation. Toutefois, le top management, responsable devant les actionnaires des résultats financiers, s’implique bien souvent directement dans l’exercice de modélisation, dont il reste responsable dans 44 % des cas. 22 % seulement des décideurs jugent «très efficace» la politique mise en œuvre pour optimiser le chiffre d’affaires et la rentabilité de leur entreprise. Alors que 73 % des décideurs jugent leur politique de tarification réactive par rapport à leur environnement, dans 21 % des cas, les entreprises ne peuvent que «très facilement» tester techniquement un changement dans leur système et dans 35 % des cas suivre «très facilement» en temps réel la consommation effective de leurs clients. La durée de vie de la politique de tarification se situe plus souvent entre 6 mois et un an qu’entre moins d’un mois et 6 mois. Sa durée de vie est pourtant un bon indicateur quant à sa flexibilité et son adaptation à son contexte concurrentiel. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 22/05/2001)