Déployant actuellement un vaste réseau de télécommunications à la norme IP, l'opérateur américain de télécoms, Level 3 veut devenir l'Intel des communications longue distance. Il entend capter 60 ...

Déployant actuellement un vaste réseau de télécommunications à la norme IP, l'opérateur américain de télécoms, Level 3 veut devenir l'Intel des communications longue distance. Il entend capter 60 % des communications longue distance qui ne représentent que 3 à 5 % du marché total des télécoms. Pour cela, le groupe est prêt à investir plus de 60 milliards de F. Non seulement, Colin Williams, le patron européen de Level 3 prédit une "désintégration du marché des télécommunications" dans lequel chaque opérateur se spécialisera sur une niche, mais il veut construire le plus important des réseaux internationaux en misant sur les dernières innovations technologiques pour capter la majorité du trafic des opérateurs. Ayant inauguré hier son activité en France (vente aux opérateurs, aux ISP, aux fournisseurs de contenu sur Internet et aux grandes entreprises, Level 3 affirme qu'il est d'ores et déjà en mesure de réduire de 50 % les coûts des liaisons spécialisées. Positionné sur le marché des professionnels des télécommunications, Level 3 va construire son propre réseau. Opérationnelle à partir de juillet, la boucle locale parisienne, longue de 118 km, sera raccordée au réseau français long de 1 100 km au total. Lille, Lyon et Strasbourg suivront entre 2000 et 2001. Le dispositif français intègre un réseau plus important reliant plusieurs centres économiques européens (Londres, Francfort, Bruxelles, Amsterdam), les Etats-Unis (50 villes) le Japon et probablement la Chine. Colin Williams explique "la plupart des réseaux actuels sont des réseaux téléphoniques ajustés pour transmettre des données. Nous construisons aujourd'hui le réseau international de demain pour un service de transmission de données et de voix au plus bas coût". (La Tribune - les Echos - 16/06/1999)