Les sociétés adoptent de plus en plus des logiciels dont elles considèrent qu'ils sont de qualité et permettent de répondre à des besoins spécifiques et évolutifs. Mais cela demande aussi des compétences techniques que toutes n'ont pas.

Les logiciels Open Source se généralisent en entreprise

Le marché du logiciel libre est prospère à en croire les résultats de la 6ème étude* annuelle sur l'avenir de l'Open Source, révélés par North Bridge Venture Partners et Black Duck Software. Sur l'année 2011, son adoption a même été beaucoup plus importante dans les entreprises avec une hausse de 49% par rapport à 2010. Les raisons de cet attrait ? La qualité de l'Open Source ainsi que la capacité à améliorer la technologie de manière spécifique sont invoquées par le panel interrogé. Et dans les cinq prochaines années, plus de 50% des logiciels acquis par les entreprises devraient être en open source, selon le rapport. Toutefois, Mathieu Poujol, principal consultant chez Pierre Audoin Consultants et auteur d'une étude sur le logiciel libre en France, tient à tempérer ces résultats. "Certes, le marché est en forte augmentation dans le monde, mais l'échantillon utilisé dans cette étude ne me semble pas représentatif", explique t-il à L'Atelier par rapport aux chiffres. Toutefois, ce marché restera très dynamique en 2012 et devrait voir sa croissance ralentir d'ici 2015.

Compétences indispensables

Et en France? "Notre pays est en avance sur l'intégration des logiciels libres dans les entreprises, notamment grâce à un haut niveau de compétences techniques en développement spécifique", affirme Mathieu Poujol. Ce qui est un avantage en France peut être vécu comme un obstacle dans d'autres pays. En effet, s'il ressort du sondage mené pour l'étude que les répondants sont moins regardants vis-à-vis du coût et plus attentifs aux possibilités à innover avec l'Open Source, il n'en demeure pas moins que le logiciel libre est plus complexe pour les utilisateurs. "C'est une alternative assez intéressante en terme de coût, mais cela nécessite d'avoir des compétences techniques en interne pour profiter de ses bienfaits", nous dit Mathieu Poujol.

Une adoption qui devrait se généraliser

Il y a quelques temps, L'Atelier pointait déjà le besoin de mobiliser ce savoir pointu en tant que partie intégrante d'une stratégie logicielle bien réfléchie. Ainsi, l'Open Source pourrait entraîner des changements au sein des organisations. En tout cas, des pays émergents comme le Brésil ou encore la Chine sont très demandeurs de ce type de solution. D'ici à 2015, l'Open Source devrait être adopté par de nombreux secteurs, même des non-techniques comme la santé, l'automobile, le gouvernement, les télécoms ou encore la finance.

Rédigé par Claire Cavret
Social Media Manager