Les marchés d’Internet, des Telecoms et des médias ont enregistré en 2012 un ralentissement sensible de leur croissance, qui s’est élevée à 2,7%. Rien d’inquiétant pour les experts.

Malgré un ralentissement de sa croissance, le “Digiworld” garde le cap

Le marché mondial des services de télécommunications a généré en 2012 des revenus s’élevant à 1,12 trillion d’euros. De même,  le "DigiWorld" dans son ensemble - qui comprend les télécoms, les logiciels et services informatiques, les services de télévision, l'électronique grand public et les services Internet - a enregistré un chiffre d'affaires de 3,170 trillions d’euros, chiffre en hausse de 2,8% par rapport à 2011. Malgré ces revenus associés aux innovations d’Internet, certains se demandent si le progrès technique n’est pas en train de s’essouffler, et si le digital peut toujours être le vecteur d’un nouveau cycle de croissance. Pour la 13èmeannée consécutive, les chercheurs de l’IDATE, un institut français d’études, ont présenté les enjeux de l’économie numérique à travers le « Digital Yearbook », qui recense les tendances qui sont apparues dans le Digiworld. Cette année, le rapport confirme le résultat d’une autre étude de GSMA que l’Atelier évoquait récemment : l’Europe accumule du retard dans ce secteur.

L'innovation numérique principalement tirée par le mobile

Selon l'IDATE, le nombre d’abonnés Internet devrait atteindre un milliard fin 2017 (soit +37,3% entre 2012 et 2017). Mais surtout, le nombre de clients mobiles devrait dépasser les huit milliards dans le monde dès 2017, représentant une augmentation de 28% en cinq ans. L’IDATE prévoit que le secteur technologique soit porté par le très haut débit mobile – ou 4G – qui devraient croître de plus de 70% en trois ans, contre seulement 15% pour la fibre optique.  Le marché européen des télécommunications, qui connait actuellement une récession est à l’encontre de la dynamique présente outre Atlantique, les Etats-Unis étant en avance concernant le déploiement de la 4G. Selon l'IDATE, la croissance du secteur des télécoms en Europe devrait être presque nulle (0,3%), contre 15 % aux Etats-Unis, 26 % en Asie et même 57 % en Afrique. L’IDATE prévoit que le chiffre d’affaire du digiworld au niveau mondial atteigne les 3,660 trillions d’euros en 2016, dont une contribution de 1,250 trillion de la part des services de télécoms et de 332 milliards de dollars des paiements mobiles, du cloud et du e-commerce.

Les prestataires « over-the-top » s’imposent sur le marché

Alors que les opérateurs de télécoms connaissent une croissance stable, les prestataires « over-the-top » (OTT), comme par exemple Google ou Amazon voient leurs revenus augmenter de 15% par an. Cependant, d’après l’IDATE, ce n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle pour les opérateurs télécoms. En effet, il resterait encore beaucoup de mines d’or numériques à exploiter. Pour survivre, les télécoms devraient en fait s'inspirer des modèles économiques des sociétés OTT. Mais ils devraient également chercher à collaborer avec ce type de fournisseurs. Car la chaîne de valeur de ce secteur connaît une sérieuse mutation : les grandes plate-formes numériques, pour la plupart américaines, affirment de plus en plus leur puissance. L’IDATE nuance tout de même ses propos en rappelant que ces nouveaux services d’Internet ont encore un poids 20 fois inférieur à celui des télécoms en général.

Rédigé par Pauline Trassard
Journaliste